photo : ©TEK IMAGE/SPL/PHANIE

Combien a gagné un médecin généraliste l’an dernier ?

L’année 2009 n’a pas été bonne pour la profession…

À la veille de la revalorisation du C et de la réforme des modes de rémunération, la principale fédération d’AGA qui comptabilise les revenus de près de 21 000 généralistes dans toute la France révèle que leurs bénéfices chutent de 0,6 % en moyenne pour s’établir à 73 800 €.

Mais les écarts sont importants entre régions et surtout entre départements urbains et ruraux.

73 800 euros de bénéfices (soit 6 150€/mois) pour près de 140 000 euros de recettes : ainsi s’établit le revenu moyen d’un médecin généraliste en 2009, selon les derniers chiffres de l’Unasa (Union nationale des associations de gestion agréées) qui portent sur plus de 20 000 médecins généralistes.

Même si l’année passée n’a pas été faste pour la profession qui a enregistré des bénéfices en baisse de 0,6 %, le généraliste apparaît toujours assez proche des revenus des autres spécialités cliniques : un peu moins que le rhumatologue (77 200), mais un peu plus que les 69 400 euros de revenu perçus par le dermatologue, les 66 600 du pédiatre et les 63 400 du psychiatre. L’écart entre ce premier groupe de disciplines et les spécialités techniques demeure en revanche toujours important : 160 KE de revenu pour un anesthésiste, 124 pour un chirurgien, 105 pour un cardiologue ou un gastro-entérologue, plus de 90 KE pour un ophtalmologiste, 90 KE tout rond pour un ORL.

Des écarts importants selon le secteur d’installation

Les statistiques des AGA témoignent aussi d’un écart assez important au sein même de la profession : avec 31 062 euros de revenu moyen le premier quartile de la profession gagne moins que la moyenne des kinés ou des infirmières ; à l’inverse les 125 352 euros de bénéfices moyens des généralistes du dernier quartile les placent au-dessus de la moyenne des cardiologues. Selon les données de l’Unasa, il y a aussi des différences significatives de revenu entre régions : on gagnera en moyenne seulement 62 000 euros si l’on exerce en Aquitaine, mais près de 90 000 dans la région Nord-Pas-de-Calais.

Et le niveau varie surtout entre départements : quasiment du simple au double entre les Pyrénées-Atlantiques (50 900 euros par an en moyenne) et les Ardennes (94 537 euros). Entre ces deux extrêmes, l’éventail est large. Le généraliste parisien souffre (à peine 60 KE annuels), celui des Bouches-du-Rhône (65 000) et des Alpes Maritimes (66 569) restent nettement en dessous de la moyenne nationale. En revanche, dans les Vosges ou dans la Nièvre, les bénéfices (plus de 90 000 euros) sont à la mesure de l’activité très soutenue des confrères. A l’intérieur même d’une région, les écarts peuvent d’ailleurs être conséquents. Prenons le cas des Pays-de-Loire dans lesquels le résultat moyen d’un généraliste (74 437 euros) est proche de la moyenne nationale : dans cette région, l’écart entre départements va de 93 637 euros de revenus moyens en Mayenne à 64 482 euros seulement dans le Maine-et-Loire.

Les moyennes département par département:

Les résultats indiqués ci-dessous sont des moyennes établies par l’Unasa en euros en 2009 sur la totalité des adhérents de ses AGA: cela va de plusieurs centaines de médecins généralistes, dans le Nord par exemple, à quelques dizaines dans des départements médicalement moins peuplés.

•Pyrénées Atlantiques : 50 900

•Hautes Pyrénées : 57 130

•Hautes Alpes : 59 080

•Paris : 59 913

•Haute-Saône : 63 568

•Tarn : 63 987

•Haute Garonne : 64 042

•Bouches-du-Rhône : 64 299

•Maine-et-Loire : 64 482

•Gironde : 65 601

•Isère : 66 569

•Alpes-Maritimes : 66 687

•Val-de-Marne : 67 820

•Yvelines : 68 046

•Alpes de Haute-Provence :68 550

•Rhône : 68 770

•Vaucluse : 68 778

•Haute Vienne : 68 907

•Savoie : 69 315

•Jura : 69 616

•Loire : 69 746

•Loire Atlantique : 69 789

•Drôme : 70 537

•Calvados : 70 650

•Hérault : 70 873

•Vienne : 70 794

•Charente-Maritimes : 71 242

•Hauts-de-Seine : 71 830

•Côte d’Or : 71 733

•Finistère : 72 165

•Ille-et-Vilaine : 72 798

•Ain : 73 398

•Essonne : 73 981

•Morbihan : 74 835

•Var : 75 472

•Indre-et-Loire : 75 569

•Saône-et-Loire : 75 756

•Gard : 76 351

•Meurthe-et-Moselle : 76 406

•Seine-et-Marne : 76 838

•Deux Sèvres : 77 007

•Pyrénées Orientales : 77 772

•Charente : 78 360

•Doubs : 78 493

•Landes : 78 738

•Aude : 79 933

•Manche : 79 941

•Vendée : 80 045

•Val d’Oise : 80 232

•Corse : 80 697

•Bas Rhin : 80 937

•Aveyron : 81 362

•Lot : 81 614

•Lot-et-Garonne : 82 155

•Seine Maritime : 82 318

•Loiret : 82 568

•Yonne : 82 597

•Oise : 82 840

•Dom-Tom : 82 649

•Ardeche : 82 986

•Haut Rhin : 83 197

•Eure-et-Loire : 83 342

•Côtes d’Armor : 83 355

•Tarn-et-Garonne : 84 045

•Sarthe : 84 327

•Aisne : 84 890

•Seine-St Denis : 85 230

•Indre : 85 877

•Loire-et-Cher : 86 219

•Lozère : 86 427

•Corrèze : 86 881

•Creuse : 86 961

•Eure : 87 337

•Moselle : 87 348

•Haute-Marne : 87 548

•Dordogne : 87 637

•Gers : 87 654

•Nord : 87 661

•Orne : 88 377

•Meuse : 90 190

•Vosges : 90 201

•Nièvre : 91 920

•Mayenne : 93 637

•Pas-de-Calais : 94 000

•Ardennes : 94 537

11 départements ne figurent pas dans la liste ci-dessus, faute d’un nombre statistiquement significatif de généralistes pour calculer une moyenne significative des revenus dans le département. Il s’agit des départements suivants: Allier, Ariège, Aube, Cantal, Cher, Haute-Loire, Haute-Saône, Marne, Puy-de-Dôme, Somme, Territoire de Belfort.

Source : legeneraliste.fr, Unasa (Union nationale des associations de gestion agréées)

About these ads