espoir


"Le pain de seigle [1] est bon pour la santé", entendons-nous quelques fois dans les médias.

Il pourrait même s’apparenter à un médicament, pour certains.

Quelles sont ses caractéristiques ?

Quelles peuvent être les bénéfices de cet aliment pour la médecine

Des chercheurs et nutritionnistes lettons, sous la direction de Mme Laila Meija, chercheuse à l’université Stradina de Riga, en collaboration avec des chercheurs finlandais, ont mené une étude d’intervention sur des patients atteints du cancer de la prostate.

Lors de l’étude, 37 hommes atteints du cancer de la prostate ont adopté, pendant six semaines, une alimentation fondée sur une consommation quotidienne de 350 grammes de pain de seigle et excluant toute autre forme de pain. Par ailleurs, le reste de leur alimentation était normal.

Au cours de l’étude, plusieurs analyses ont été effectuées ; des tests sanguins, des tests d’urines, mais ce sont les analyses microscopiques de l’activité des cellules cancéreuses de la prostate qui ont cristallisé les recherches scientifiques.

En effet, chez certains patients, les chercheurs ont constaté une augmentation de l’apoptose [2] des cellules de la tumeur cancéreuse de la prostate. Cette observation suggère donc, d’après les chercheurs, qu’en provoquant la mort des cellules cancéreuses, la consommation régulière de pain de seigle pourrait empêcher et stopper la formation du cancer de la prostate.

D’un point de vue moléculaire, les chercheurs lettons indiquent que les effets bénéfiques du pain de seigle s’expliquent par la présence de deux substances biologiques actives contenus dans la couche externe du seigle : des lignanes végétales et des alkylrésorcinols [3], qui ont une influence potentiellement anticancéreuse.

Ces travaux s’inscrivent plus généralement dans le cadre de la thèse de Laila Meija portant sur le cancer de la prostate.

Enfin, lors de son travail, il est rappelé que d’après l’Institut américain de la recherche et le fond de recherche mondiale sur le cancer, "la communauté scientifique considèrerait possible d’empêcher un tiers de la formation des cancers avec une alimentation saine."

[1] Le seigle est une céréale panifiable, comme le blé. Elle est très populaire en Europe du Nord, où elle représente 90% de la production mondiale, d’après le site http://www.compagnons-boulangers-patissiers.com

[2] L’apoptose correspond à une mort cellulaire programmée ; il intervient par exemple lors de l’élimination des cellules présentant des dommages irréparables de l’ADN, pour éviter l’apparition de cancers, d’après le site http://www.futura-sciences.com

[3] Les alkylrésorcinols sont des molécules que les plantes produisent afin de se protéger contre les bactéries et les champignons, présents en grande quantité dans la couche externe du blé et du seigle, d’après le site http://www.passeportsante.net

 

Sources : article scientifique intitulé "Recherche sur les propriétés du pain de seigle pour le traitement du cancer de la prostate" – Site web de l’Université Stradina de Riga- 04.06.2014 – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/H6xke (en letton), bulletins-electroniques.com/actualites/76819.htm

Le maire haut en couleur de Toronto, Rob Ford, a décidé mercredi de prendre « une pause » dans ses fonctions, déjà réduites, à l’hôtel de ville après avoir été confondu à fumer de nouveau du crack.

L’avocat de l’édile controversé, qui cherche à se faire réélire cet automne à la tête de la quatrième plus grande ville nord-américaine, a confirmé à la presse locale qu’il avait l’intention de « prendre une pause » afin de soigner ses problèmes avec l’alcool et les drogues.

Rob Ford va se rendre dans « un établissement qui aide les gens qui ont des problèmes de dépendances », selon l’avocat. Un chroniqueur du tabloïd Toronto Sun a pour sa part indiqué que M. Ford lui avait confié avoir l’intention de prendre une pause de trente jours pour « traiter ses problèmes ».

Selon le journal, qui cite témoins et enregistrement sonore, M. Ford a été vu lundi soir « complètement bourré » et belliqueux dans un bar de la capitale économique canadienne.

Le bouillant édile conservateur, très populaire dans les banlieues, avait par ailleurs été filmé quelques jours plus tôt en train de fumer ce qui apparaît comme étant du crack, a pour sa part rapporté mercredi soir le quotidien Globe and Mail.

Déjà privé par le conseil municipal de la majeure partie de ses attributions en raison de ses excès d’alcool et de drogues, M. Ford a dit au journal « chercher de l’aide », tout en restant candidat à sa réélection. Il avait lancé en grande pompe il y a moins de deux semaines sa campagne électorale devant ses supporteurs de la « Ford Nation ».

Malgré les enquêtes de la police visant le maire et son entourage, en particulier son ancien chauffeur et dealeur de drogue présumé, et en dépit du transfert en novembre par le conseil municipal de ses pouvoirs exécutifs à son numéro deux, M. Ford s’était jusqu’à présent accroché à son fauteuil, jurant être déterminé à tourner la page.

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Voici 5 façons très efficaces pour installer, développer et entretenir votre confiance en vous :

1/ Pratiquer en toute circonstance l’auto-persuasion positive

…et notamment dans les moments de doute. Au tennis, par exemple, décidez d’une croyance positive sur le service ou le retour de service. Puis répétez-vous à longueur de temps comme un leitmotiv : “ Mon service est mon point fort “ ou “ Mon retour est mon point fort. “ Cet a priori positif va influencer votre manière de vous entraîner ainsi que votre façon d’aborder vos coups en match.

2/ Bien se préparer physiquement, techniquement et tactiquement

Un joueur bien préparé accumule des trésors de confiance. Il sait qu’en match il pourra compter sur lui-même, se faire confiance.

3/ Ancrer les expériences de réussite

Chaque coup réussi à l’entraînement doit être mémorisé. C’est peut-être le premier maillon de la chaîne de la confiance. Chaque point gagné en compétition, chaque victoire, et notamment dans des conditions difficiles, doivent être également enregistrés mentalement.

Pour cela, quatre possibilités :

1- Ponctuer chaque réussite significative d’un mot prononcé à voix haute ou intérieurement
( par exemple “ Allez.” )
2- Marquer chaque réussite significative par un geste (par exemple serrer le poing ou sauter en l’air à la manière du “ scissor kick “ de Korda)
3- Prendre mentalement une “ photo souvenir “ de l’expérience de réussite.
4- Prendre l’habitude, après chaque match, de marquer sur un carnet spécial (le carnet de confiance) toutes les réussites significatives du match pour mieux les fixer dans sa mémoire.

Dans les moments de doute, inévitables pour un joueur de compétition, ces mots, ces gestes, ces images mentales ainsi que la simple relecture du carnet de confiance permettent de réactiver très rapidement l’état interne de confiance.

4/ Reconnaître les signaux indicateurs du doute et réagir

Les voyants rouges du doute sont :
– un dialogue interne ou des paroles négatives ( du type : "je suis nul" )
– une attitude corporelle négative : tête basse, yeux vers le bas, épaules tombantes, raquette pendante, respiration courte, démarche traînante
– des images mentales persistantes de coups ratés, de matchs perdus.

Dès que l’un de ces voyants rouges s’allume, il importe de prendre conscience de l’état interne de doute, de faire la part des choses et d’évacuer le négatif tout en se reconnectant sur le positif.

Comment ? Il suffit d’activer les ancrages de confiance du 2/.

-> De la même manière, après une défaite ou après une victoire peu glorieuse, souvent porteuses de doute, prendre l’habitude de noter très objectivement le plus tôt possible sur une feuille volante ce qui n’a pas marché. Puis en tirer les enseignements positifs afin d’éviter de commettre à nouveau les mêmes erreurs. Marquer sur le carnet de confiance les nouveaux comportements positifs à mettre en place pour le futur. Puis jeter à la corbeille la feuille volante. C’est une excellente façon de positiver les erreurs tout en évacuant le doute. Terminer en relisant la liste des réussites précédentes inscrites sur le carnet pour se reconnecter à fond sur le positif.

5/ Faire comme si

Si j’étais en confiance, comment je me sentirais ?

Comment je me tiendrais ?

Comment je marcherais ?

Il s’agit là de reproduire la physiologie exacte de la confiance en adoptant la posture corporelle (port de tête, regard assuré et droit devant, épaules dégagées, buste droit), les gestes (démarche décidée et mouvements sûrs), le rythme et l’amplitude respiratoire, enfin le tonus musculaire caractéristiques de la confiance. Il faut, tel un comédien, entrer littéralement dans la peau du personnage que l’on veut être : un joueur de tennis en pleine confiance.

Il est toujours surprenant de constater la rapidité et l’efficacité en match de la technique du “faire comme si“.

 

Alors, cher lecteur,

quand allez-vous adopter ces conseils

de sportifs de haut-niveau

dans votre vie ?

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

La confiance se met en place à travers 3 mécanismes principaux. Voici le troisième :

3/ Par une croyance positive fondamentale

Il s’agit d’une confiance en soi inconditionnelle et intrinsèque. Elle n’a pas besoin de preuves externes pour s’installer. C’est une confiance aveugle, quels que soient les résultats.

Le joueur garde en permanence une foi en lui indestructible. Il croit dur comme fer en son potentiel. Cette croyance positive fondamentale est une auto-programmation à la réussite. Elle oriente jour après jour ses décisions, sa façon de s’entraîner, son comportement en match. Le joueur agit en permanence dans le sens de ce qu’il croit.

« La championne qui incarne le plus cette croynace positive fondamentale est sans aucun doute Vénus Williams. Elle a la conviction profonde d’être la future n° 1 mondiale. Elle l’a dit et répété depuis sa première apparition sur le circuit WTA. Elle continue à le dire et à le répéter en toute circonstance à qui veut l’entendre et en tout premier lieu à elle-même.

Elle croit fondamentalement en elle, en son talent et en son potentiel et ses résultats semblent lui donner de plus en plus raison.

Finaliste de l’US Open en septembre dernier, elle commence à inquiéter sérieusement Martina Hingis. Depuis le début de l’année 1998, elle compte à son actif 2 victoires sur l’actuelle n° 1 mondiale et vient de remporter le tournoi de Key Biscayne après celui d’Oklahoma City. Elle fait désormais partie du top ten mondial. Ses résultats tendent à s’aligner sur sa croyance de départ. Chez elle, contrairement aux exemples précédents, la confiance ne découle pas de la réussite. C’est même exactement l’inverse. »

CROYANCE +++ => CONFIANCE => REUSSITE

 

La suite dans mon article de demain :-)

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

La confiance se met en place à travers 3 mécanismes principaux. Voici le deuxième :

2/ Par un processus de déclic

Il peut intervenir après une expérience forte de réussite où l’intensité émotionnelle est telle qu’elle imprime immédiatement en profondeur dans le cerveau du joueur un super état interne de confiance. Dès lors, chaque match sera abordé avec un a priori hyper positif.

« Patrick Rafter a connu ce déclic en 1997 lors d’un match de Coupe Davis au mois de fèvrier contre Pioline où, mené deux sets à rien, il avait fini par s’imposer et donner à son pays un point décisif. Il pointait alors à la 63e place mondiale. Le bilan de sa saison 1997 ? Une demi-finale à Roland Garros, une victoire à l’US Open et le meilleur classement de sa carrière début 1998 : n°2 mondial. »

REUSSITE +++ => CONFIANCE

A l’inverse, le déclic peut avoir lieu après une expérience négative de forte intensité déclenchant une réaction d’orgueil, pour peu que le joueur ait en lui un potentiel de jeu suffisant.

" Nicolas Escudé, 406e joueur mondial fin 1996, déclarait en 1997 avoir pris conscience de ses possibilités en voyant les exploits de garçons qu’il battait à 16 ans comme Kuerten, Rios ou Costa. Après l’Open d’Australie, son entraîneur, Tarik Benhabiles, raconte comment s’est produit le déclic de son élève :

“Il avait tout en main pour réussir, il ne lui manquait juste qu’un déclic qui a eu lieu il y a quasiment un an lors d’un satellite à Montrouge. Ce jour-là, il venait de perdre contre Olivier Malcor ( alors à -30 ). Il était effondré, au fond du trou et, au sortir du court, nous avons passé quatre heures et demie à nous entraîner à fond. Dans sa tête, il venait de rompre avec la défaite."

Entre le Nicolas Escudé du tournoi satellite de Montrouge qui perdait à -30 en fèvrier 1997 et le Nicolas Escudé 1/2 finaliste de l’Open d’Australie, un an à peine a passé. Son jeu, techniquement parlant, n’a pas pu évoluer au point d’expliquer un tel revirement. La différence de performance se situe ailleurs, à l’intérieur-même du joueur. Le français a pris confiance en lui. La comparaison entre ses piètres résultats jusqu’en début d’année 1997 (dont le point d’orgue fut cette défaite à Montrouge) et les résultats brillants de joueurs qu’il battait à 16 ans a eu l’effet d’un coup de fouet sur sa confiance. Il a décidé tout à coup de croire en lui. "

REUSSITE INITIALE + DEFAITE - – - => CONFIANCE

 

La suite dans mon article de demain :-)

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Voici un exercice simple pour améliorer grandement votre moral. Et développer une façon plus positive de voir votre vie (issu des travaux sur la psychologie positive de Martin Seligman) :

1 – Remarquer les moments positifs

S’habituer à remarquer les moments positifs et agréables de vos journées n’est pas une recette miracle pour nager dans un bonheur béat, version bisounours sous LSD. C’est simplement un moyen de restaurer un équilibre entre moments pénibles et moments agréables dans la perception de votre vie. Donc de ne pas se concentrer uniquement sur les événements négatifs, qui peuvent se croire les bienvenus dans votre quotidien…

C’est un moyen d’améliorer votre humeur et de devenir plus optimiste, plus ouvert à la possibilité de passer des instants chouettes, enthousiasmants ou tout simplement positifs. A leur accorder autant d’importance que les événements désagréables.

C’est aussi un moyen d’engranger des vitamines mentales en goûtant consciemment (même après) le plaisir ressenti à différents moments de la journée. Ces plaisirs grands et petits, ces jolies choses que vous vivez, qui jalonnent nos journées et dont nous ne faisons pas attention.

2 – Mini-coaching: le bilan positif de la journée

Juste avant de vous endormir, faites la liste de tous les moments agréables de votre journée : ce qui vous a plu, ce qui vous a fait rire, ce que vous avez trouvé beau, agréable, positif, enthousiamant etc…

Bref, tout ce qui vous a fait plaisir, vous a apporté joie et satisfaction.

Prenez soin de laisser de côté les détails ou événements négatifs qui pourraient tenter de s’immiscer insidieusement dans votre bilan positif de la journée.

3 – A bout d’une semaine, que remarquez-vous? Au bout d’un mois?

Ne me croyez pas sur parole. Faites-le, et découvrez les résultats !

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Aux États-Unis, le nombre de femmes soldats violées ou agressées sexuellement par leurs collègues atteint des niveaux sans précédent.

On estime à 26 000 le nombre de viols et d’abus sexuels pour l’année dernière.

Alors que seulement une victime sur sept signale l’agression et qu’un cas sur dix fait l’objet d’un procès. Ces agissements sont en effet considérés comme un simple écart de conduite, non comme un acte criminel, et beaucoup de victimes craignent les représailles.

Le « traumatisme sexuel militaire » peut entraîner la dépression, la toxicomanie, la paranoïa et un sentiment d’isolement. Certaines victimes se retrouvent sans abri, souffrent de dépendances, ou finissent parfois par se suicider.

Source : "Visa pour l’Image" de Perpignan, exposition de photographies de Mary F. Calvert (Prix Canon de la Femme Photojournaliste 2013 décerné par l’AFJ)

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 188 autres abonnés