Une carence en vitamine D pourrait endommager le cerveau, suggère une étude britannique publiée dans la revue Free Radical Biology and Medicine.

En plus d’être essentielle pour maintenir la santé des os, les données les plus récentes montrent que la vitamine D joue des rôles importants dans d’autres organes et tissus, y compris le cerveau, soulignent les chercheurs.

Allan Butterfield de l’Université du Kentucky et ses collègues ont montré que des rats d’âge moyen qui ont eu un régime alimentaire faible en vitamine D pendant plusieurs mois ont développé des dommages dans le cerveau liés aux radicaux libres et que différentes protéines du cerveau ont été endommagées.

Ces rats ont également présenté une diminution de performance cognitive à des tests d’apprentissage et de mémoire.

Des études ont déjà montré que de faibles niveaux de vitamine D sont liés à la maladie d’Alzheimer, au développement de certains cancers et aux maladies cardiaques (sans démontrer toutefois que ces liens sont de cause à effet).

La carence en vitamine D est particulièrement répandue chez les personnes âgées, souligne le chercheur.

Il recommande de consulter son médecin pour une analyse sanguine du niveau de vitamine D et, si ce niveau est bas, de consommer des aliments riches en vitamine D, prendre des compléments de vitamine D et/ou s’exposer au soleil 10-15 minutes par jour.

Sources : psychomedia.qc.ca, University of Kentucky

 

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici