Hugues Chap, vice-président délégué à la santé de l’université Toulouse III Paul Sabatier, professeur de Biochimie.

Quel rôle a joué l’Université Paul Sabatier dans la construction du futur campus de l’Oncopole ?

Professeur Hugues Cha: Que ce soit en matière de recherche ou de soins, l’université Paul Sabatier est fortement engagée dans l’Oncopole. Elle est notamment partie prenante du Centre de recherche en cancérologie de Toulouse, une unité mixte de recherche avec l’Inserm et le CNRS. Des enseignants-chercheurs, des hospitalo-universitaires, du personnel technique vont s’impliquer dans la recherche mais également dans les soins.

L’université est également présente au niveau de la formation. Ainsi, les étudiants des deux facultés de médecine de Purpan et de Rangueil vont bénéficier de formations théoriques et pratiques à l’Institut universitaire du cancer de l’Oncopole. Mais la formation à laquelle contribue l’Université Paul Sabatier ne se limite pas à cela et comporte également la formation des chercheurs, ainsi que les nouveaux métiers liés à la cancérologie (coordination des soins, radiophysique appliquée à la radiothérapie, traitement des données de la recherche clinique…), en partenariat avec des acteurs tels que la Croix-Rouge ou la Fondation OncoRésonance.

En outre, pour contribuer à bâtir le futur campus de l’Oncopole, La faculté de pharmacie et la faculté d’odontologie, qui dépendent de Paul Sabatier, pourraient être déplacées sur le futur site. Cela représente plus de 2000 étudiants qui contribueraient à construire ce campus. C’est un projet qui avance et qui correspond à un geste fort de la part de l’Université Paul sabatier.

Que représente pour vous ce projet ?

C’est une chance pour Toulouse et sa région. L’oncopole va devenir le premier centre européen de recherche clinique en Europe sur le cancer.

Dès qu’on fait de la recherche, on est dans la compétition au niveau mondial. La richesse de l’Oncopole, c’est aussi la mise en commun de la volonté de tous ses acteurs, qu’ils soient publics ou privés. Ce n’est d’ailleurs par un hasard si Toulouse a décroché le projet Captor, coordonné par le Professeur Guy Laurent. Labellisé en mars 2012, porté par l’Université Paul Sabatier, et réunissant le CHU de Toulouse, l’Institut Claudius Régaud, l’Inserm et le CNRS, il a pour objectif de mettre au point de nouveaux médicaments contre le cancer, autour de 4 axes : innovation, recherche clinique, pharmacologie sociale et éducation.

L’idée est donc de chercher de nouvelles molécules, de tester leur efficacité de manière clinique et d’en étudier les conséquences sociales. Tous ces objectifs nécessitent une meilleure formation dans les différents domaines. Ce programme Captor, doté de 10 millions d’euros, est quelque chose de très ambitieux.

Quel est le rôle de la fondation Innabiosanté ?

Je siège à la fondation. J’en suis le doyen d’âge et je représente le président Monthubert. Par son action, la Fondation irrigue la recherche, favorise le financement de personnalités extérieures qui viendraient enrichir la recherche, intervient sur des investissements qui permettent d’augmenter la compétitivité de nos chercheurs. C’est incontestablement un plus.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici