L’alcool fait plonger dans la précarité :
y pensez-vous ?

Chacun le sait : à l’échelon individuel comme à l’échelon collectif, la facture socio-économique d’une addiction à l’alcool est salée.

Si les individus qui ont un problème avec l’alcool minimisent leur consommation, en revanche, ils estiment mieux celle-ci lorsqu’ils parlent de leurs dépenses pour consommer de l’alcool.

La facture s’alourdit pour certains quand on y ajoute les arrêts de travail de courte durée, de 2 à 3 jours, de façon répétitive après les alcoolisations du week-end avec, à la clé, un risque de perte d’emploi, d’une compagne qui part…