Les psychopraticiens sont souvent consultés à l’occasion des ruptures familiales.

Elles sont provoquées par le divorce des parents, au moment de celui-ci ou après, à partir de difficultés exprimées soit par l’un ou l’autre des parents, soit par les enfants plus fréquemment, ou quelquefois avant, dans le souci d’une prétendue prévention.

« Je voudrais me séparer de mon mari et je voudrais savoir comment faire – ne pas faire – pour que cela se passe bien pour les enfants. »

Des couples viennent également, ensemble, au moment de la séparation, sur un mode « opératoire », chercher le mode d’emploi d’une rupture à l’amiable, simple, rapide et sans problème.

« Nous avons raté notre mariage, nous voulons réussir notre divorce ! »

« Nos enfants ne doivent pas en souffrir… Ils doivent seulement accepter l’idée que nous ne nous aimons plus… »

Ce genre d’expressions, que nous entendons souvent, comporte bien sûr une part de vérité… pour les adultes.

Mais aussi une grande part de naïveté ou d’hypocrisie (dans l’absolu, au regard du cheminement affectif, familial et… judiciaire souvent) de la plupart des séparations conjugales. Surtout quand les enfants y sont impliqués, malgré eux, et en vivent les conséquences au quotidien… et pour longtemps.

On oublie trop souvent que dans les ruptures familiales, les enfants – quelque soit leur âge – doivent aussi se séparer de leur père, et de leur mère, alternativement mais irrémédiablement.

Le lien est comme suspendu, dépendant du temps vécu séparément des parents. L’enfant perd, en quelque sorte, le rôle d’organisateur central de la vie familiale. Le changement est brutal, provoquant souvent chez lui un sentiment de fragilité et d’insécurité.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici