Adopter une attitude flexible quand on sollicite un emploi n’augmente pas les chances de trouver un travail.

Au contraire, dans certains cas les candidats flexibles se voient même proposer moins d’offres d’emploi.

Selon Sarah Vansteenkiste, (KuLeuven) qui a étudié le cas de 1.800 chômeurs belges dans le cadre d’une thèse de doctorat, de nombreuses personnes qui cherchent du travail pensent trouver un boulot plus rapidement en se montrant flexibles sur le salaire, le contenu de la fonction et les trajets quotidiens.

Malgré leur bonne volonté, celles-ci voient souvent leurs chances de succès diminuer.

« De nombreuses entreprises se plaignent qu’il est de plus en plus difficile de trouver du monde pour certains postes suite à au grand écart entre l’offre et la demande sur le marché du travail » explique Vansteenkiste.

« Les spécialistes et les responsables politiques s’imaginent souvent pouvoir résoudre le problème en augmentant la flexibilité des chômeurs. Ce raisonnement ne tient pas la route : se montrer plus flexible ne fait aucune différence. Au contraire : les postulants qui adoptaient une attitude plus flexible recevaient moins d’offres d’emploi concrètes que ceux qui ne se montraient pas flexibles ».

Deux raisonsà cela :

1 – les chômeurs qui se montrent plus flexibles sont habituellement moins sûrs d’eux, ont une idée moins précise de leur avenir professionnel et possèdent donc moins d’expérience pertinente

2 – les employeurs seraient souvent moins enclins à engager un chômeur qui ne correspond pas entièrement au profil recherché.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici