Suite de ma chronique d’hier

Ces altérations commencent par atteindre l’arcade dentaire ­su­périeure, avec une attaque de l’émail qui peut disparaître totalement, les dents prenant une coloration jaune et présentant alors une sensibilité accrue au froid et au chaud.

«Lors de notre étude réalisée en sortie d’hospitalisation dans le cadre du programme hospitalier de recherche clinique, nous avons déjà examiné quarante jeunes filles, dont huit avaient des problèmes den­taires très importants. Toutes avaient souffert de période d’anorexie-bou­limie pendant plus de cinq ans», ajoute le Pr Colon.

Face à ce problème largement ignoré, la première mesure est de prévenir les médecins, les den­tistes, les parents, les jeunes filles concernées et mettre en place une politique de prévention.

«Le premier réflexe, après un vomissement, est de se brosser les dents, explique le spécialiste. Or, il ne faut pas le faire. Car à l’effet corrosif de l’acide, on ajoute un facteur mécanique d’abrasion. C’est pourquoi il est important de faire savoir qu’il vaut mieux se rincer la bouche avec de l’eau. Il faut prévenir les personnes concernées que les boissons acides ont un impact négatif sur les dents et qu’il vaut mieux boire de l’eau.»

D’autres stratégies de prévention plus élaborées sont possibles comme, par exemple, la pose d’une sorte de gouttière en plastique transparente qui protège les dents au moment des vomissements. Il est aussi possible de prévoir la mise en place d’un revêtement protecteur de résine qui résiste aux acides que l’on pourra retirer quand la ­jeune patiente sera sortie d’affaire.

«Pour ce qui est des traitements, il faut réparer les pertes de substances et, dans certains cas, prévoir la réhabilitation complète des deux arcades dentaires, note le professeur Colon.

Mais il faut aussi que le dentiste soit suffisamment bien informé des lésions dentaires spécifiques de l’anorexie-boulimie, pour qu’il en fasse le diagnostic.

Et transmette le cas échéant sa jeune pa­tiente dans un service spécialisé dans la prise en charge des troubles du comportement alimentaire, si ce n’est pas encore le cas.»

Et avec le consentement de la malade, bien évidemment…

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici