Comment s’en sortir ?

C’est d’abord un médecin qui peut décider s’il s’agit d’un mal-être passager ou d’un problème touchant à la personnalité. Ensuite, il peut orienter vers un traitement de fond, en vous recommandant un psychopraticien (nouvelle appellation pour psychothérapeute).

Tout d’abord, dans bien des cas, un traitement antidépresseur peut contribuer à une amélioration, mais ne dispense absolument pas d’un travail psychothérapeutique.

De ce point de vue, il existe aujourd’hui plusieurs approches.

Les approches classiques de type psychanalytique permettent d’aborder la problématique de fond, l’histoire individuelle, et apportent un mieux-être, mais semblent avoir peu d’effet sur les crises boulimiques elles-mêmes.

Les thérapies cognitivo-comportementales, et en particulier les thérapies abordant les problèmes émotionnels, sont les approches donnant les meilleurs résultats *.

Il s’agira alors de travailler sur le comportement alimentaire. Afin de quitter le contrôle pour en venir à l’écoute des sensations alimentaires. Et parallèlement de faire un travail approfondi sur les émotions, l’estime de soi et les relations interpersonnelles.

Pour guérir de la boulimie, il faut arrêter de se fuir, en d’autres termes ne plus faire semblant. Et ne pas abandonner en cours de psychothérapie…

Cela revient à apprendre à se connaître et s’accepter tel que l’on est, être plus tolérant et bienveillant vis-à-vis de soi-même.

 

* Voici le lien de l’étude de l’INSERM montrant l’efficacité des psychothérapies cognitivo-comportementales (lisez page 237 la conclusion) :

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/146/?sequence=13

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici