Le Dr Alain Braconnier, psychiatre et psychologue, auteur d’Optimiste (Éditions Odile Jacob), estime que les étudiants sont plus stressés qu’avant, et plus longtemps.

Pourtant, ils restent confiants en leur avenir.

Le Figaro – Les étudiants d’aujourd’hui vous semblent-ils plus stressés que ceux d’avant ?

Alain Braconnier – Au moment des examens, tous l’ont toujours été. C’est un grand classique que le stress dépressogène chez les jeunes adultes. Cependant, il me semble qu’aujourd’hui ils sont davantage stressés et que ce trouble se manifeste plus tôt.

Même s’ils se déclarent en bonne santé, on observe que beaucoup ont des difficultés à s’endormir, boivent et fument plus, et de manière plus fréquente qu’auparavant. Ce qui est important pour nous, professionnels, c’est d’arriver à discerner ceux qui souffrent d’un stress «logique» et ceux qui, manquant de confiance en eux, gèrent mal ce stress, ce qui les entraîne dans un cercle vicieux pathologique.

Vous dites que les troubles apparaissent «plus tôt». Selon vous, comment l’expliquer ?

La première année d’études est particulièrement sensible aujourd’hui, car elle implique chez les étudiants une prise de conscience de la responsabilité personnelle. C’est le moment où il faut se donner à soi ses propres règles.

Or beaucoup sont encore pris dans des difficultés d’orientation. Jusque-là, ils avaient été définis comme «littéraires» ou «matheux», mais désormais certains se retrouvent face à leur propre indétermination.

Cela n’est pas pathologique de ne pas savoir, mais, en revanche, ceux qui n’arrivent pas à trouver leur voie après plusieurs échecs (arrêtant brutalement leurs études en fin de premier trimestre, n’ayant aucun intérêt pour ce qui leur est proposé, etc.) peuvent rencontrer de réelles difficultés à relancer le moteur.

D’ailleurs, de manière générale, on peut observer que beaucoup ont des difficultés à s’engager, constituant une «génération zapping». On leur a tellement dit que l’entreprise et le marché de l’emploi ne les attendaient pas !

 

Sources: sante.lefigaro.fr, Optimiste (Éditions Odile Jacob)

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici