Francis Alain Guitton, psychanalyste et docteur en sciences de la communication, a publié en 2012 une étude sur « la responsabilité de l’entreprise privée dans le culte de la minceur et dans la dérive pré-anorexique de la femme active ».

Ce n’est pas nouveau : à niveau égal, une femme belle et mince aura plus de chances d’être embauchée. En particulier si le poste à occuper est en contact avec le public.

Un fait de société qui a tendance à se généraliser et que Francis Alain Guitton appelle « une dérive sociétale dangereuse ».

Outre les critères esthétiques, la minceur est aussi associée au contrôle de soi et au dynamisme, des qualités très appréciées dans le milieu professionnel.