On estime que près de 5 % des Françaises souffrent de boulimie.

En effet, ce sont majoritairement les femmes qui développent ce trouble alimentaire, même si de plus en plus d’hommes en souffrent, pris eux aussi dans le culte de l’image et autres raisons (manque d’estime de soi, solution à un mal-être, etc).

De plus, ce trouble (qu’on tend à lier à l’adolescence) toucherait davantage les adultes.

La boulimie s’installe peu à peu, au fil des restrictions. L’âge où l’on compte le plus de personnes boulimiques, c’est entre 25 et 35 ans, mais la boulimie peut se déclarer à tout âge et perdurer jusqu’à 50, 60, voire 70 ans, de façon cyclique ou permanente.

Pour établir un diagnostic, il faut une récurrence de crises au moins deux fois par semaine pendant trois mois.

Les boulimiques sont des personnes très anxieuses par rapport à la prise de poids. Elles ont souvent des pensées du genre « J’ai beaucoup mangé hier, je dois me restreindre aujourd’hui ». Ou encore : « J’ai pris du poids, je dois le perdre tout de suite. » Beaucoup de règles contrôlent leur alimentation. Et après la crise, vient les vomissements ou les restrictions (jeûne, sport excessif, laxatifs)

D’ailleurs, un des principaux éléments déclencheurs de la boulimie, c’est souvent un régime excessif ou prolongé.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici