Sous le coup d’une émotion forte – une déception, un sentiment de rejet, etc, mais même une bonne nouvelle -, les boulimiques avalent en un temps record une grande quantité d’aliments.

On ne parle pas ici de grignoter. Il s’agit d’une perte de contrôle totale qui peut conduire à avaler une lasagne ou un gâteau au complet.

Pour corriger cet écart et ne pas engraisser, les boulimiques ont recours à des comportements compensatoires, purgatifs ou non.

Certaines font des jeûnes, des diètes sévères ou de l’exercice intensif pour brûler ces calories. D’autres se font vomir ou utilisent des laxatifs. «J’ai même vu des gens donner du sang comme façon de se débarrasser des calories», raconte un médecin !