L‘instauration via un amendement d’un secret des affaires dans le code du commerce, assorti de lourdes peines de prison et d’amende, au motif de protéger de l’espionnage économique, inquiète la presse et les ONG.

L’association Transparency International en particulier a ainsi estimé que le droit d’alerte, qui « n’a été reconnu en France que très récemment sous la pression de la société civile – et encore de manière lacunaire -« , risquait d’être « considérablement affaibli ».

Mercredi, les principaux médias français ont demandé le « retrait pur et simple » d’une « censure inédite en France » adoptée « sous couvert de luttre contre l’espionnage industriel ».

L’Association de la presse judiciaire (APJ) a dénoncé un amendement « catastrophique pour la liberté d’informer », une « arme redoutable entre les mains des dirigeants de grands groupes industriels pour étouffer dans l’oeuf toute enquête journalistique sur les dessous des affaires », et a appelé les parlementaires à ne pas l’adopter.

 

Réveillez-vous : ne soyez pas la grenouille dans la casserole d’une eau en train de bouillir !

Ecrivez à votre député

pour manifester vos craintes quand à la liberté d’expression en France

et votre volonté de retirer cet amendement à la loi Macron !