Sportives de haut niveau : des progrès mais encore des inégalités

Le 8 mars était la journée internationale des droits des femmes.

En France, elles sont de plus en plus nombreuses à être licenciées d’une fédération sportive. Une féminisation qui ne se retrouve pas forcément dans le sport de haut niveau.

1. Combien sont-elles ?

En France, elles sont 2 400 aux côtés de leurs 4 600 homologues masculins. C’est 2 % de plus qu’il y a dix ans. Lentement, les femmes investissent le sport de haut niveau, tel qu’il est défini par le ministère des sports.

2. Y a-t-il plus de sportives qu’avant dans les sports collectifs ?

L’évolution est discrète mais visible dans certains sports, comme le football. En 2014, près de 150 footballeuses françaises jouaient en D1, le premier championnat féminin français, organisé par la Fédération française de football. C’est 14 % de plus qu’en 2008. De même au rugby, où le Top 8 – équivalent chez les femmes du Top 14 masculin – comptait en 2014 dans ses rangs 18 % de joueuses de plus qu’en 2008. Cette augmentation du nombre de joueuses à haut niveau se retrouve dans tous les sports collectifs.

Sportives de haut niveau

3. L’équitation, le paradoxe entre la base et l’élite

L’équitation, un des rares sports complètement mixte, compte dans ses rangs, tous niveaux confondus, 80 % de femmes. Pourtant, à haut niveau, elles sont moins nombreuses que les hommes. En 2014, sur les 3 104 cavaliers dits professionnels (dont une majeure partie ne vit pas que des gains des compétitions), on compte 1 202 femmes pour 1 902 hommes. Ainsi, l’équipe de France d’attelage est 100 % masculine. Une différence qui s’explique, entre autres, par la difficulté pour les cavalières professionnelles de jongler entre leur vie de famille et compétition.

4. Des inégalités de salaires dans le sport professionnel

Un sportif de haut niveau n’est pas obligatoirement un sportif professionnel. Il le devient à partir du moment où il est rémunéré pour la pratique de son sport (avec un salaire que lui verse son club ou la fédération, des sponsors…). Les hommes ont beaucoup plus souvent le statut de joueurs professionnels que les femmes. Et quand elles accèdent à ce statut, les inégalités de salaire persistent.

En France, les 103 footballeuses professionnelles touchent en moyenne 3 500 euros brut par mois, hors primes. Ce qui est peu comparé aux 1 100 joueurs professionnels de Ligue 1 et Ligue 2, et leur 12 000 euros de salaire en moyenne – selon les derniers chiffres de la Ligue de football professionnelle. En volley-ball, les écarts sont moins importants. Actuellement les 115 volleyeuses qui jouent comme professionnelles à temps plein touchent en moyenne 2 500 euros par mois, là où leurs collègues masculins perçoivent 3 000 euros.

Le rugby fait ici office de sport à part. Aucune joueuse de haut niveau n’a le statut de professionnelle. Mais la Fédération française de rugby tente de faire bouger les lignes. L’année dernière, pour la première fois en rugby à 7, 16 joueuses ont signé un contrat semi-professionnel. Une sorte de temps partiel permettant aussi aux sportives de se prévoir des temps de formation professionnelle. Officiellement la fédération ne communique par sur le montant du salaire, mais selon nos informations, il avoisinerait les 1 000 euros mensuel.

5. Des contrats encore trop rares

Des aménagements d’emploi du temps, c’est ce qui manque aux femmes qui jouent à haut niveau et qui ne sont pas professionnelles. Pour Manon André, joueuse internationale de rugby et membre du Blagnac Saint-Orens Club, deux coupes du monde à son actif, les contrats semi-professionnels vont dans le bon sens, « au moins pour pouvoir avoir davantage de temps de récupération. C’est compliqué de rentrer de compétition à 4 heures du matin et d’enchaîner le boulot à 8 heures. » Dans ces cas-là, nombreuses sont celles qui doivent prendre des congés sans solde pour pouvoir vivre pleinement leur compétition. « Etre en semi-pro, ça nous permettrait aussi de prendre du recul sur notre sport, de garder une certaine ouverture. Et puis en fin de carrière, la reconversion est moins difficile », conclut-elle.

6. Le sport féminin gagne en visibilité

En janvier, pour la première fois, les téléspectateurs ont pu regarder un match de Top 8, le championnat de France de rugby féminin, en direct sur la chaîne Eurosport. Quelques mois plus tôt, pour la demi-finale de la Coupe du monde de rugby féminin, ils étaient près de 2,2 millions devant France 4.

Source: lemonde.fr/les-decodeurs

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici