Proclus, philosophe grec du V siècle av. J.-C., rapporte la cette vision de Cléonyme.

Il qui raconte que son âme, « dégagée » de son corps, s’est élevée au point d’avoir une vision du monde en dessous d’elle :

« Cléonyme d’Athènes, … navré de douleur à la mort d’un de ses amis, perdit cœur, s’évanouit.

Ayant été cru mort, il fut, le troisième jour, exposé selon la coutume. Or, comme sa mère l’embrassait…, elle perçut un léger souffle.

Peinture de BoschCléonyme reprend peu à peu ses sens, se réveille et raconte tout ce qu’il avait vu et entendu après qu’il avait été hors du corps. Il lui avait paru que son âme, au moment de la mort, s’était dégagée, comme de certains liens, du corps gisant à côté d’elle, s’était élevée vers les hauteurs et, ainsi élevée au-dessus du sol, avait vu sur la terre des lieux infiniment variés quant à l’aspect et aux couleurs, et des courants fluviaux invisibles aux humains.

Elle était parvenue enfin à un certain espace consacré à la déesse grecque Hestia (déesse équivalente à la Vesta des Romains : divinité gardienne du foyer), que fréquentaient des Puissances démoniques sous la forme de femmes d’une beauté indescriptible… »

Source : Proclus, commentaire sur « La République de Platon », XVI° dissertation, 114, trad. A.-J. Festugière, Vrin, Vrin, 1970, t. III, p. 58-59