Nicole Scherzinger,  des « Pussycat Dolls » a révélé, en 2012, sa bataille contre des problèmes d’alimentation.

« Chaque fois que j’étais seule une seconde, je me faisais quelque chose. Vous savez, ça vous donne parfois des cloques sur les mains ou des petites cicatrices et j’essayais de les cacher ».

La chanteuse n’hésite cependant pas à décrire précisément les souffrances qui l’ont touchée à l’époque où elle faisait encore partie du groupe. « J’ai vraiment été dégoûtée de moi-même et si embarrassée. Je me sentais tellement seule. J’étais dans un groupe et je n’ai jamais ressenti autant de solitude dans ma vie ».

nicole-scherzingerEt d’ajouter : « Quand je sortais de scène, j’étais tellement euphorique. Puis je rentrais dans ma chambre et j’étais de nouveau seule. Donc je le faisais (se nourrir, puis se forcer à vomir). Ma boulimie était mon addiction. Me faire du mal était mon addiction. Je me détestais »

La star parle aussi de ce qui lui a redonné espoir. « La musique est ce qui m’a sauvée » a-t-elle confié. « C’est la seule chose en laquelle je puisse avoir confiance ».

Comme d’autres personnes dans la même situation, la chanteuse a longtemps hésité avant de livrer toutes ces confidences.

« C’est embarrassant. Je n’ai jamais parlé de cela. Comme je l’ai déjà dit, je ne veux pas jouer les victimes et je n’ai jamais voulu que ma famille entende parler de ces choses sur moi parce que je pense que cela pourrait leur briser le cœur », a-t-elle conclu.

 

Aujourd’hui Nicole Scherzinger l’assure : à 34 ans, elle va beaucoup mieux.

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Publicités