Trop de personnes inutilement au régime…

Vous, peut-être ?

Il existe une vraie distorsion entre la perception qu’ont les Européens de leur poids, et la réalité.

Selon l’Institut national d’études démographiques (Ined), 45 % des Européens sont insatisfaits de leur poids.

Même constat du côté de l’Inserm, qui, en se basant sur un panel de plus de 105.700 Français ayant répondu au questionnaire Nutrinet-Santé, note que sept femmes sur dix et un homme sur deux souhaitent peser moins.

Il existe donc une vraie distorsion entre la perception de son poids et la réalité, mais c’est justement ce qui alimente le très juteux business de la minceur. «Et c’est ainsi qu’en donnant à des populations des objectifs inatteignables, on les pousse à s’imposer des contraintes qui finissent par les rendre malades», déplore le Pr Irène Margaritis (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation).

Pour éviter cet écueil, le minimum est de savoir où l’on en est vraiment avec son poids.

L’indice de masse corporelle (IMC) en donne déjà un bon aperçu. Il se calcule en divisant son poids (en kilos), par sa taille au carré (en mètre). En dessous de 18,4, il y a un problème de maigreur. Entre 18,5 et 25, un IMC est considéré normal. De 25 à 30, il traduit un surpoids. De 30 à 35, une obésité et même une obésité massive au-delà de 40.

regime-3«Outre l’IMC, il faut aussi tenir compte de l’évolution de sa corpulence dans le temps. Un IMC normal et stable indique que c’est bien notre corpulence de référence? et tant pis si l’on rêvait d’un autre résultat. Mais si une personne passe d’un IMC de 19 à 23 en l’espace de quelques mois, voilà qui mérite d’en parler à son médecin», poursuit le Dr Khemis (la Pitié-Salpêtrière).

Ne bousculez pas votre quotidien !

Le bilan permet parfois de retrouver une cause médicale comme une hypothyroïdie par exemple, qu’un régime ne saurait en aucun cas corriger.

«On ne peut pas bousculer son quotidien sur le plan alimentaire sans vision à long terme. Cela peut être des changements modestes comme apprendre à ne plus se resservir à table, ne jamais se forcer à finir un plat, ne pas faire autre chose en mangeant, stopper le grignotage, etc., qui suffisent le plus souvent en cas de surpoids modeste», insiste le Dr Khemis.

Autres conseils:

«Faire ses courses le ventre plein et s’en tenir à sa liste, cuisiner si possible soi-même, manger des fruits et/ou des légumes à tous les repas, du poisson deux fois par semaine, de la viande ou de la volaille ou des œufs une seule fois par jour (les jours sans poisson), avec des céréales de préférence complètes, c’est la base.

Enfin, réagir dès la prise des premiers kilos en rectifiant les quantités consommées et en augmentant un peu son activité physique, c’est souvent suffisant pour voir à nouveau la balance pencher du bon côté», conclut le Dr Jean-Michel Lecerf (Institut Pasteur à Lille).

 

Sources : sante.lefigaro.fr, Inserm, Nutrinet-Santé, Institut national d’études démographiques (Ined)

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici