Non, la violence n’est pas une fatalité.

L’être humain n’est pas violent par essence.

Il le devient d’une part parce qu’il a subi lui-même de violences, ou qu’il en a été témoin (le plus souvent très tôt dans son enfance).

livtrenoirIl le devient aussi parce qu’il peut s’autoriser à reproduire les violences sur des victimes plus faibles, plus vulnérables, ou désignés comme telles pour soulager son mal-être.

Il est donc évident que laisser des victimes sans soin, aux prises avec une mémoire traumatique, est irresponsable et alimente sans fin la production de futures violences. Il suffit qu’une minorité de victimes deviennent des agresseurs, ils feront alors à leur tour d’autres victimes, dont quelques-unes deviendront à leur tour des agresseurs.

Les agresseurs choisiront en priorité des proies qui ont déjà été victimes, car plus isolées et moins protégées, plus faciles à terroriser et à soumettre, et alimentant plus efficacement leurs scénarios violents par les violences qu’elles ont déjà subies.

Exercer des violences sur une personne déjà blessée et traumatisée permet aussi aux agresseurs de mettre en scène une cruauté encore plus grande, et encore bien plus impensable et transgressive, ce qui alimentera leur toute puissance.

Les anciennes victimes sont donc activement recherchées par les agresseurs, et enrôlées de force dans des scénarios qui n’ont de sens que pour eux.

 

Source : « Le livre noir des violences sexuelles », du Dr Muriel Salmona, éditions Dunod