Qui a peur de la maladie mentale

Lisez ce plaidoyer qui rappelle que l’humain ne peut être réduit à une clinique du mesurable et du rationnel !

Les simplifications et les limitations qu’a introduit le DSM-5, d’abord aux Etats-Unis, puis en Europe, sont majeures et contraignantes.

A partir des années 80/90, ce manuel est devenu la bible des cliniciens et des enseignants de psychiatrie, des laboratoires pharmaceutiques et des assurances.

L’auteur, Maurice Corcos, développe dix bonnes raisons qui expliquent pourquoi il convient de se méfier de ce manuel américain qui réduit la vie psychique d’un sujet à quelques formules et codes pour donner l’illusion de la scientificité.

C’est un antidote indispensable à un « prêt à penser » psy qui remplace la réflexion et le travail psychique par la classification, la personne par la pathologie et le sujet par la nomenclature.

Un plaidoyer qui rappelle que l’humain ne peut être réduit à une clinique du mesurable et du rationnel.

Refuser de raisonner par catégories quand il s’agit de l’homme, est-ce céder à des idéaux humanistes ?

Qui est Maurice Corcos ?

Chef de service du département de psychiatrie de l’adolescent et de l’adulte jeune à l’Institut mutualiste Montsouris (Paris) et professeur de psychiatrie infanto-juvénile, université Paris-Descartes

 

Source: « Qui a peur de la maladie mentale ?« , de Maurice Corcos, éditions Dunod

Publicités