conseils


Le baclofène a été mis sur le devant de la scène en 2008, lors de la publication du livre-témoignage d’Olivier Ameisen.

Le cardiologue y expliquait comment un médicament prescrit pour son action myorelaxante, pris à haute dose, lui avait permis de décrocher de l’alcool. Depuis, des dizaines de milliers de patients alcoolo-dépendants se sont vu prescrire du baclofène. Mais l’efficacité réelle du médicament divise toujours les scientifiques. Et les effets secondaires sont très importants.

L’étude néerlandaise, relayée par Sciences et Avenir, risque une fois de plus de relancer le débat.

Menée sur 151 patients, répartis en trois groupes, ces travaux, publiés dans la revue médicale European Neuropsychopharmacology, ont évalué l’efficacité du baclofène contre placebo.

Et les résultats montrent qu’à faible ou haute dose, le baclofène ne fait pas mieux qu’un placebo. Le taux de rechute après 16 semaines de traitement était similaire dans les trois groupes.

Des conclusions qui contredisent un essai mené en Allemagne et publié en août 2015. Les chercheurs ont une explication à cela : les patients allemands n’avaient reçu que du baclofène ou un placebo, alors que dans leurs travaux, les trois groupes de patients ont bénéficié d’un suivi psychosocial. Pour Reinout Wiers, psychologue à l’université d’Amsterdam, qui a dirigé cette étude, le baclofène ne ferait donc pas mieux qu’un « traitement psychosocial ». Et selon lui, il serait donc prématuré de prescrire ce médicament « à grande échelle » aux patients alcoolo-dépendant, « comme c’est actuellement le cas en France », souligne ce spécialiste des addictions.

Sous l’impulsion d’Olivier Ameisen, d’associations de patients et d’addictologues, des médecins français ont accepté de prescrire le baclofène « hors AMM » pendant plusieurs années. En 2014, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a décidé de fixer un cadre légal, et une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) a été délivrée au baclofène. Dans le même temps, deux essais cliniques ont été lancés pour évaluer les effets de la molécule sur l’alcoolo-dépendance.

Les premiers résultats des études Bacloville et Alpadir ont été publiés en septembre 2016. Les auteurs ont souligné une efficacité sur la réduction de la consommation, obtenue pour près de 6 patients sur 10 après un an sous médicament dans l’essai Bacloville.

Mais seuls 11,9 % des sevrés sous baclofène ne consomment plus d’alcool, alors qu’ils sont 10,5 % dans le groupe placebo. Une différence trop restreinte, ont fait valoir certains spécialistes, pour que le baclofène soit considéré comme efficace dans le sevrage.

Point de vue qui sera sans doute renforcé par les résultats néerlandais, et qui pourrait bien compromettre la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché du baclofène pour le traitement de l’alcoolo-dépendance. Or, la RTU prendra fin en 2017.

 

Source: pourquoidocteur.fr/Articles/Vu-dans-la-presse/18694-Alcoolisme-une-etude-met-en-cause-l-efficacite-du-Baclofene

 

Avis d’une association :

Asso Baclofène
« Dans le contexte de l’alcoolisme qui est complexe et varié, et du baclofène, qui demande un certain « savoir-faire » dans son utilisation, les études cliniques trouvent facilement leur limites. Cette étude, réalisée sur des patients sevrés cherchait à montrer l’efficacité du baclofène pour le maintien de l’abstinence. Voilà déjà une limitation, car le baclofène s’utilise avant tout pour réduire puis supprimer le craving (envie irrépressible), Il n’est pas une simple aide pour tenir l’abstinence. Il s’adresse donc le plus souvent à des gens qui se lancent dans un traitement sans forcément être focalisé sur une consommation zéro. Cela change beaucoup l’état d’esprit du patient comme celui du soignant. De plus cette étude limitait les doses de baclofène à 30 et à 150mg/j, qui sont des doses faibles lorsque l’on sait que la dose efficace moyenne est de 180mg/j (autres études positives, prescription habituelle des médecins, statistiques internes de l’Association Baclofène ). Dans ces conditions, ces résultats négatifs ne sont pas surprenant. Cette étude a cependant montré une diminution significative du craving, de l’anxiété et de la dépression pour ceux qui étaient sous baclofène par rapport à ceux sous placebo. L’étude française BACLOVILLE présentée début Septembre, et qui va bientôt être publiée était, elle, beaucoup plus longue (1 an), en ambulatoire. La dose administrée pouvait aller jusqu’à 300mg/j, avec un protocole respectant le savoir faire acquis depuis 10 ans de prescription en France. Mené sur des patients non sevrés, avec comme objectif principal un retour à une consommation à faible risque selon les critères OMS. Bref elle a été faite dans des conditions beaucoup plus proches de la réalité efficace du traitement. L’étude est positive, elle montre que 57% des patients sous baclofène y parviennent contre 36% de ceux sous placebo. Non le baclofène n’est pas miraculeux en lui-même, il l’est pour les patients enfin soignés avec succès. Oui il a des effets secondaires transitoires, et une efficacité à long termes. C’est d’ailleurs son efficacité qui parfois entraine un « effet indésirable » majeur chez les patients: ouvrir les yeux sur le monde et sur sa vie. Pour certains il faut un gros travail et du suivi psycho-social, pour d’autres au moins du temps et de la patience, et une partie d’entre eux reprennent leur vie tout simplement. »

Les scientifiques estiment «prématuré» le fait de prescrire ce médicament à grande échelle aux patients alcooliques, «comme c’est actuellement le cas en France»

Utilisé contre la dépendance à l’alcool, le baclofène à haute dose ne serait pas plus efficace que d’autres méthodes pour aider les patients à décrocher.

Telle est la conclusion formulée par des chercheurs de l’université d’Amsterdam (Pays Bas), qui ont observé des taux de rechute comparables chez des patients ayant été traités différemment.

Leur étude a été publiée ce mercredi dans la revue European Neuropsychopharmacology.

151 patients alcooliques bénéficiant par ailleurs d’un suivi psychosocial ont participé à l’étude. Parmi eux 31 ont reçu du baclofène à faible dose (30 mg par jour), 58 ont eu le même médicament à haute dose (jusqu’à 150 mg par jour), et 62, un placebo.

Bilan : au bout de 16 semaines, le taux de rechute était d’« environ 25 % » dans chacun des groupes. « En août 2015, une petite étude allemande à répartition aléatoire avait montré que le baclofène à haute dose montrait de bons résultats, mais le groupe de contrôle n’avait reçu aucun traitement. Nos patients, y compris le groupe placebo, ont eux tous reçu un suivi psychosocial », rappelle Reinout Wiers, psychologue spécialiste des addictions et superviseur de l’étude.

Et le spécialiste d’ajouter : « au total, ces études montrent que le baclofène semble aussi efficace qu’un traitement psychosocial mais qu’il n’apporte pas d’efficacité supplémentaire ». Fort de ces conclusions, le scientifique estime « prématuré » le fait de prescrire ce médicament à grande échelle aux patients alcooliques, « comme c’est actuellement le cas en France ».

Pour rappel, entre 2007 et 2013, quelque 200.000 patients français se sont vus prescrire du baclofène pour traiter leur alcoolisme. Fin août, 7.024 patients étaient déclarés à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Mais l’Assurance maladie estime à environ 100.000 le nombre de patients qui seraient traités avec le baclofène.

 

 » Dans vingt ans

vous serez plus déçus par les choses que vous n’avez pas faites

que par celles que vous avez faites.

Alors sortez des sentiers battus.

Mettez les voiles.

Explorez. Rêvez. Découvrez  »


Mark Twain

 

f-duval-levesque-hypnotherapeute-psychopraticien-coach-dependance-addiction-mal-etre-phobie-cigarette-tabac-depression-burn-out

Je me suis aperçu que les femmes ont généralement plus de mal d’arrêter de fumer que les hommes.

Il serait plus facile, pour les femmes, d’arrêter de fumer à partir d’un moment particulier de leur cycle menstruel.

Au moment des règles, un pic d’hormone, les oestradiols, favorise les comportements addictifs et rendrait plus difficile l’arrêt de la cigarette. En revanche, en 2ème partie de cycle, une autre hormone, la progestérone, prend le dessus et inhible le centre de récompense et d’envie irrépressible, diminuant alors l’envie de fumer.

J’ai donc constater qu’il serait ainsi plus facile pour les femmes d’arrêter de fumer pendant la seconde moitié de leur cycle menstruel.

 

Sources: Nicotine Tab Res. 04/04/2015 (4): 390-7, mon expérience profesionnelle

 

.

 Voulez-vous faire plus pour votre guérison, vous libérer de votre mal-être, et retrouver votre liberté ? Cliquez ici

 

 

L‘opération « Moi(s) sans tabac » organisée par le ministère de la Santé, vise à inciter 16 millions de Français fumeurs à arrêter la cigarette en novembre.

Voici donc cinq choses à savoir sur le tabac :

– Combien de fumeurs en France ?

La France compte environ 16 millions de fumeurs réguliers ou occasionnels. 28,2% de la population de 15 à 75 ans fume de manière quotidienne ou régulière, soit 13,6 millions de personnes. 5,9% (2,8 millions) sont des fumeurs occasionnels.

D’après ces chiffres tirés du baromètre santé 2014 de l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, devenu Santé publique France), la proportion de fumeurs est restée globalement stable entre 2010 et 2014 après une hausse entre 2005 et 2010.

L’arrivée de la cigarette électronique ne semble pas avoir bouleversé ce paysage: une enquête menée en 2015 évalue à 3% les vapoteurs quotidiens chez les 15-75 ans pour encore 28,8% de fumeurs quotidiens (BEH).

– Qui fume, combien de cigarettes ?

La cigarette séduit d’abord les hommes jeunes : selon le baromètre Inpes 2014, 44% des 20/34 ans sont des fumeurs réguliers et ce chiffre est stable. En revanche, la tabagie a baissé « significativement » chez les jeunes femmes (30% des 20/34 en 2014).

Par profil socio-professionnel, la cigarette recrute préférentiellement chez les ouvriers et personnes faiblement qualifiées : 37,8% des ouvriers fument quotidiennement et 38,3% de ceux qui n’ont aucun diplôme.

Les fumeurs grillent en moyenne 11 cigarettes par jour. La grande majorité des fumeurs a déjà essayé d’arrêter : 70,7% reconnaissent avoir stoppé volontairement pendant une semaine minimum avant de reprendre.

– Combien de morts ?

Le nombre de morts annuel à cause du tabac est estimé en France à 78.000, selon un travail des épidémiologiste Catherine Hill et Laureen Ribassin-Majed (Institut Gustave Roussy/Inserm) basé sur l’année 2010.

1817bd8e-1064-11e1-ad21-110a06cfeeb6Ces décès interviennent généralement par cancer : 47.000 des 78.000 décès sont causés par cette maladie, dont 28.000 cancers du poumon. 58% des décès par cancer chez les hommes de 35 à 69 ans sont imputables au tabac.

Les maladies cardiovasculaires et maladies respiratoires sont les deux autres grandes causes de décès anticipés imputables au tabac, faisant respectivement 20.000 et 11.000 morts.

Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) souligne que le tabac tue autant que l’alcool, les accidents de la route, les suicides, les homicides et les drogues illicites réunis.

– Combien coûte de fumer ?

La tabagie est une addiction coûteuse: la consommation d’un paquet de 20 cigarettes par jour au prix moyen de 7 euros fait dépenser plus de 2.500 euros par an.

Jusqu’à présent meilleur marché et produit d’appel pour les jeunes, le tabac à rouler sera bientôt aligné, en matière de tarif, sur les cigarettes après un vote en ce sens des députés en octobre.

– Combien rapporte/coûte le tabac à l’Etat ?

Le tabac est un produit lourdement taxé, et rapporte entre 10 et 15 milliards d’euros annuellement à l’Etat.

Mais il coûte bien plus cher à la société qu’il ne rapporte, estime l’universitaire Pierre Kopp dans l’étude « Le coût social des drogues en France » (pour l’Observatoire français des drogues et toxicomanie).

Rien que pour soigner les maladies causées par le tabac, l’Etat a dépensé en 2010 25,9 milliards d’euros. Il faut ajouter à cela le « coût social » du tabac représenté par les pertes en vies humaines, en qualité de vie et par la moindre production de richesse en raison des maladies et décès du tabac, évalué par Kopp à 122 milliards d’euros.

Pour les économistes Julien Gooris et Olivier Sautel du cabinet Microeconomix, l’addition est moins lourde mais la conclusion identique: le tabac coûte bien plus qu’il ne rapporte.

Il faudrait payer 13 euros par paquet pour « couvrir le coût social du tabagisme », selon eux.

 

Sources: sciencesetavenir.fr, Inpes, « Le coût social des drogues en France », mon expérience professionnelle d’hypnothérapeute

 

.

 Voulez-vous faire plus pour votre guérison, vous libérer de votre mal-être, et retrouver votre liberté ? Cliquez ici

 

Comprendre, maîtriser et cultiver ses émotions sont les clés de la réussite.

Voilà la thèse révolutionnaire défendue par Fabrice Lacombe. Avec « J’ai confiance en mon intelligence relationnelle » , il étend le champ de ses recherches aux relations avec les autres : amicales, amoureuses ou professionnelles.

Cette troisième édition nous entraîne dans les arcanes des neurosciences et nous apprend de manière simple comment vivre des relations plus fécondes et plus épanouissantes, pour arriver à une plus juste connaissance de nous-mêmes.

Nous avons tous appris à développer notre intelligence. Notamment grâce à l’école, aux leçons, aux exercices, aux devoirs… qui nous ont permis peu à peu de structurer nos connaissances et de développer notre esprit d’analyse.

Mais qu’en est-il de notre intelligence relationnelle ?

confiance-psychotherapie-addiction-sexuelle-dependance-boulimie-f-duval-levesque-psychopraticien-hypnotherapeute-coach-toulouse-tcc-hypnoseAtout majeur pour évoluer dans notre société, l’intelligence relationnelle n’est pas toujours une aptitude innée !

À l’aide d’un test basé sur 17 dynamiques relationnelles, l’auteur vous propose de mesurer votre Quotient d’intelligence relationnelle, d’identifier vos forces, vos faiblesses, et vos axes de progrès.

En mettant en oeuvre des actions de communication concrètes, vous découvrirez comment améliorer vos points faibles, ef ainsi, avoir une meilleure confiance en votre intelligence relationnelle !

Ce livre permet donc de prendre conscience de nos émotions, de comprendre comment elle se forment en nous et par quel chemin, puis de les maîtriser.

L’auteur Fabrice Lacombe étaye ses dires avec des histoires réellement convaincantes et des résultats de publications scientifiques.

On sort de cette lecture transformé, rassuré.

Prêt à affronter de nouvelles épreuves !

Voici le sommaire :

  • Découvrez votre Quotient d’Intelligence Relationnelle – Q.I.R
    • Votre Q.I.R
    • Panoramique des 17 variables
  • Développez votre potentiel relationnel
    • Changez sans vous perdre
    • Gagnez en souplesse relationnelle !
    • Développez votre acuité sensorielle !
    • Développez vos messages d’ouverture
    • Revenez à une gestion authentique de vos émotions
    • Portez-vous de l’estime
    • Gérez au mieux votre perception de la réalité
    • Reconnaissez vos interlocuteurs
  • La clarté relationnelle du responsable
    • Adoptez de bonnes limites professionnelles
    • Comprenez la place du pouvoir dans la relation
    • Identifiez votre pouvoir dans la structure de l’entreprise
    • Clarifiez votre appréhension du pouvoir relationnel
    • Montrez votre autorité
    • Choisissez entre influence et manipulation
    • Réapprenez à dire « Bonjour » !
    • Acceptez le point de vue de vos collaborateurs
    • Développez la reconnaissance efficiente au travail
    • Responsables, choisissez votre humour !
    • Montrez de l’ouverture technique

Qui est l’auteur ?

Fabrice Lacombe est psychosociologue, consultant et coach, formé à de nombreux outils issus du courant de la psychologie humaniste. Il dirige son propre organisme de formation et exerce auprès d’un public de professionnels et de particuliers.

 

Source: « J’ai confiance en mon intelligence relationnelle » de Fabrice Lacombe, édition Gereso

Page suivante »