étude


Même 15 minutes d’activité physique par jour ont des effets positifs sur l’espérance de vie des plus de 65 ans.

Une étude française, présentée vendredi dernier lors d’un congrès européen de cardiologie (Europrevent) montre que faire du sport prolonge la vie. Selon les résultats de David Hupin, médecin au CHU de Saint-Étienne, faire 2h30 de sport par semaine permettrait aux seniors de réduire leur mortalité de 30 %.

Pour parvenir à ces résultats, le Dr Hupin et son équipe ont suivi plus de 1000 sujets de 65 ans pendant 13 ans. Selon leurs conclusions, plus le temps hebdomadaire passé à faire du sport est long, plus l’individu prolonge son espérance de vie. Ainsi, les seniors français faisant plus de sport ou autant que la recommandation de l’étude (2h30 par semaine) auraient 57% de risque de mortalité de moins que les autres.

C’est au moment de la retraite que les personnes peuvent être tentées d’arrêter toute activité physique. Une situation que les autorités sanitaires veulent éviter : d’après les conclusions de l’étude, même pour les individus n’ayant jamais été très sportifs, commencer ou recommencer une activité sportive peut réduire les risques de mortalité de deux tiers par rapport à leur précédente situation sédentaire.

seniors + sportUn gain d’espérance de vie considérable quand on observe un taux de mortalité de 38,3% par an chez les plus de 65 ans, d’après les chiffres donnés par le gouvernement en 2013.

Même à faible dose !

Pourtant, même si les campagnes de sensibilisation sont récurrentes, 60% des plus de 65 ans n’arrivent pas à faire les 30 minutes de sport recommandés par jour, estime David Hupin.

«Il ne faut pas que les seniors se découragent, l’activité physique ce n’est pas que le sport. C’est aussi se déplacer en vélo, faire du jardinage et du bricolage», explique le chercheur au Figaro. «Faire un peu d’activité physique, c’est toujours mieux que rien», insiste le Dr David Hupin. En effet d’après l’étude, les seniors français faisant un équivalent d’au moins 1h15 de marche rapide par semaine ont 51% de risque de décès de moins que ceux faisant le minimum d’efforts (moins de 20 minutes de marche rapide par semaine).

Pour lutter contre cette baisse de dynamique sportive après la retraite, «il est important que les généralistes diffusent l’idée qu’une activité physique, même faible, permet une plus grande espérance de vie», conclut le Dr Hupin.

Source : sante.lefigaro.fr

Le 18 mai, c’est la Journée mondiale de la maladie coeliaque, une intolérance au gluten qui peut avoir des conséquences graves.

Mais peu de malades connaissent leur état.

La maladie coeliaque, qu’on appelle aussi intolérance au gluten, est une maladie auto-immune sérieuse.

Elle se manifeste par une intolérance permanente à une ou plusieurs fractions protéiques du gluten de céréales comme le blé, le seigle et l’orge.

Maladie coeliaqueLa maladie, en forte augmentation depuis un demi-siècle, concernerait une personne sur 100. Mais les médecins estiment que 80% des coeliaques ne sont pas diagnostiqués et ne suivent pas de régime sans gluten, seul traitement efficace.

Quand un malade mange du gluten, son système immunitaire déclenche une réponse qui attaque l’intestin grêle.

Cette attaque entraîne une atrophie des villosités de l’intestin qui interviennent dans l’absorption des nutriments. Cette atrophie provoque donc des malabsorptions, notamment de fer, calcium et vitamine B9.

Les symptômes de la maladie sont digestifs (ballonnements intestinaux, flatulences, nausées, digestions difficiles…), avec des anomalies du transit (diarrhée, constipation) voire un amaigrissement.

Non soignée, la maladie peut conduire à des problèmes de santé sérieux : auto-immunité (diabète de type-1, sclérose en plaques, thyroïdites), dermatite herpétiforme, anémie, ostéoporose, infertilité, fausses couches, épilepsie, migraines, voire cancers digestifs.

La maladie est héréditaire; elle est associée aux allèles de susceptibilité HLA-DQ2 et HLA-DQ8 : les proches parents d’un malade (parent, enfant, fratrie) ont un risque sur 10 d’être eux-mêmes malades.

Elle peut se manifester à tout âge.

Mais cette variabilité selon l’âge est encore mal comprise. On pense que la durée de l’allaitement, l’âge d’introduction du gluten, et la quantité de gluten qu’on consomme sont trois facteurs qui modulent l’âge d’apparition de la maladie. Par exemple, les personnes qui ont été allaitées plus longtemps voient leurs symptômes apparaître plus tard.

Il est conseillé de ne pas débuter un régime sans gluten avant de savoir si l’on est intolérant.

En effet, les symptômes de la maladie coeliaque et de la sensibilité (ou hypersensibilité) au gluten sont proches, et seule la première peut être formellement diagnostiquée. Or, lorsqu’une personne coeliaque non diagnostiquée suit un régime sans gluten, le résultat des examens diagnostiques peut être faussé. Le diagnostic repose entre autres sur la recherche des IgA anti-tTG (et EmA). En cas de positivité, une biopsie du duodénum est pratiquée.

Source : lanutrition.fr

 

Boulimie_therapie_comportementale, addiction sexuelle, dépendance, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeute, TCC

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

 

 

A l’heure du digital, le monde du travail s’adapte de mieux en mieux.

La majorité des recrutements se font aujourd’hui par internet.

Pour compléter ce processus, beaucoup d’entre elles effectuent des entretiens grâce à internet via Skype. C’est un outil très pratique pour effectuer ces entretiens.

Tout comme les entretiens physiques ou il existe des erreurs à ne pas commettre, il faut aussi faire attention sur internet. Nous allons vous donner 5 conseils pour réussir ce type d’entretien…

1 – Préparer ses documents et ses notes

Même si les recruteurs ne sont pas physiquement avec vous, ils s’attendent à ce que vous répondiez à leurs questions. Pensez à préparer votre CV, votre lettre de motivation ainsi que tout autre document qui pourra vous être utile. Tout doit être à portée de main. Ne vous levez pas en plein entretien pour récupérer un papier laissé sur votre table de nuit. Les recruteurs eux auront les documents nécessaires près d’eux, tachez de faire pareil.

skype entretien recrutement

2 – Vérifier son matériel avant l’entretien

Contrairement à un entretien physique, une conversation par Skype nécessite un bon matériel informatique. Vérifiez bien 2 jours avant si tout votre matériel fonctionne correctement (micro, connexion internet webcam…). Il est possible d’avoir des problèmes de matériel. Si c’est le cas, prévenez les recruteurs le plus tôt possible. Si vous découvrez les dysfonctionnements au dernier moment, cela peut passer pour un manque de sérieux de votre part.

3 – Soigner sa tenue vestimentaire

Ce n’est pas parce que vous passez votre entretien chez vous que vous devez être en pyjama. La tenue pour un entretien physique ou virtuelle ne doit pas différer. Vos recruteurs vous verront grâce à la webcam et donc vous jugeront également sur votre tenue vestimentaire. Une tenue correcte est recommandée. Mieux vaut paraître trop bien habillé que pas assez.

4 – Avertir les personnes de votre domicile

Le fait d’effectuer son entretien à domicile peut devenir un sérieux problème. Pensez à bien prévenir toutes les personnes de votre maison qu’il ne faudra surtout pas vous déranger ou même faire du bruit pendant la durée de votre entretien. Votre petite sœur qui vient vous chercher en plein milieu d’une conversation avec un recruteur peut être mal perçue. Une bonne organisation est primordiale.

5 – Vérifier la déconnexion en fin d’entretien

Une fois que l’entretien est passé, il va falloir vous détendre. Avant d’effectuer ou même de dire quoi que ce soit, pensez à bien vérifier que Skype est déconnecté. Il est même préférable d’éteindre son ordinateur pour éviter toute erreur qui pourrait être fatale.

Et vous, avez-vous des conseils ou anecdotes sur des entretiens par internet à nous raconter ?

 

Source : webmarketing-com.com

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

psychotherapie, burn out, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeute, TCC

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Activité apparu à partir des années 30, et tout droit venu de Finlande !

La marche nordique, aussi appelée  » nordic walking « , était pratiquée par les skieurs de ski de fond pour parfaire leurs techniques et permettre de pouvoir se préparer et s’entraîner l’été, sans la présence de la neige.

C’est à partir de 1997 et grâce à une société finlandaise, que fut créer les premiers bâtons spécifiques pour cette discipline.

Marche nordique 2, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeuteLa sauvakavely (marche nordique en finlandais) connait depuis un énorme succès partout dans le monde.

La marche nordique tonifie les muscles du corps, renforce les chaînes musculaires et articulaires, et affine la silhouette.

Le mouvement complet de la marche nordique permet un entraînement général de toutes les chaînes musculaires du corps.

Contrairement à la marche et au jogging (qui n’exploitent que les membres inférieurs), l’utilisation des bâtons favorise le développement musculaire des parties supérieures du corps.

Les abdominaux, les bras, les pectoraux, les épaules et le cou se trouvent  donc sollicités au même titre que fessiers et cuisses.

La marche nordique est une pratique très complète qui sollicite 80% des chaînes musculaires et permet de dépenser deux ou trois plus de calories que la marche.

A savoir:  La marche nordique est  préconiser par la médecine et rembourser par la sécurité social en Allemagne, ainsi que dans les pays scandinaves.

Activité physique de loisir, caractérisée par l’utilisation de deux bâtons spécifiques, la marche nordique se pratique de préférence en plein air.

C’est un exercice corporel très complet à la portée de tous.

Pratiquée régulièrement, c’est un excellent moyen d’entretien voire d’amélioration de la condition physique.

Pratiquée en groupe elle peut-être ludique, l’occasion de découvrir des environnements choisis, de partager les objectifs  culturels associés (flore, faune, patrimoine, histoire ou légendes locales…) d’échanger et de varier des plaisirs conviviaux.

De la balade à la randonnée sportive, en passant par la marche active, la marche nordique se prête facilement au respect des capacités physiques de chacun. Elle permet d’exercer aisément nos fonctions cardio-pulmonaire, musculaire et circulatoire de façon progressive, optimale et harmonieuse.

marche-nordique, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeuteLes mouvements complets de cette marche permettent une sollicitation générale des chaînes musculaires et articulaires de l’organisme, en répartissant l’activation sur le haut et le bas du corps, en optimisant la respiration, l’amplitude de la cage thoracique, l’oxygénation des cellules et l’irrigation par une meilleure circulation de la lymphe.

Il s’agit de prendre conscience et d’accentuer le mouvement naturel de balancier des bras pendant la marche.

La mise en jeu  coordonnées des épaules et des bras  à l’aide de 2 bâtons, augmentent le plan de sustentation, et contribuent à la propulsion du corps vers l’avant.

La poussée vers l’arrière sur les bâtons, pointes touchant le sol, se fait sans à coup et sans crispation des doigts sur les poignées (un bon usage des gantelets y contribue). Cette accroche va accompagner ou accentuer la progression vers l’avant et faciliter l’effort dans les montées. Les appuis élargis dans les descentes faciliteront l’amorti nécessaire.

L’action symétrique (alternative) des mouvements supérieurs renforce les muscles de la cage thoracique, allège la répétition des impacts pédestres au sol et les répercutions articulaires (dos, genoux notamment), améliore nos capacités d’équilibre, de coordination et de propulsion pédestre.

Du simple confort (non négligeable) à l’amélioration de la condition physique, l’utilisation des bâtons complète les plaisirs de la marche (qu’elle soit sportive ou digestive) recommandée pour l’entretien de la santé.

Avec une bonne hydratation et une alimentation équilibrée, la pratique régulière de la marche nordique permet d’affiner la silhouette, stimule de la tête aux pieds le plaisir de s’activer à volonté et peut renforcer notre aptitude à l’effort. 

Elle permet aussi d’éprouver agréablement notre réactivité et nos sens, tout en profitant de l’environnement. 

Les inconditionnels de la rando ou du footing-jogging découvriront des sensations nouvelles ;-)

A tester !

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 244 autres abonnés