liberté


En Bretagne, des médecins facturent des «heures sup»lors que des négociations sur les tarifs des consultations doivent s’ouvrir avec l’Assurance maladie en mars, des généralistes dans la région de Lorient ont décidé d’appliquer des dépassements d’honoraires au-delà des 35 heures travaillées.

Le bras de fer qui oppose les médecins généralistes à la Sécu au sujet des tarifs des consultations a pris une tournure surprenante dans le Morbihan.

Suivant une initiative d’un cabinet médical de Lanester, près de Lorient, une quarantaine de médecins généralistes facturent désormais leurs consultations au tarif conventionnel (23 euros) uniquement sur des horaires classiques de bureau, c’est-à-dire du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures. Au-delà de cette semaine de 35 heures, ils pratiquent des dépassements d’honoraires pouvant aller de 3 à 10 euros selon les cabinets.

Ce mouvement, débuté il y a six mois, s’étend dans le département breton alors que des négociations entre les médecins – qui ont gagné en moyenne un peu moins de 110.000 euros en 2011, selon les derniers chiffres de l’Insee – et l’Assurance maladie sur les tarifs des consultations doivent s’ouvrir en mars. «On est vraiment excédé par le tarif de la consultation à 23 euros qui ne changera jamais», explique à Ouest France le Dr Ivane Audo, dont le cabinet est à l’origine de ce passage aux 35 heures. «Pour cette raison, en dehors des horaires de la fonction publique, on applique un dépassement exceptionnel (DE) d’honoraires non remboursé par les caisses du régime obligatoire, mais remboursé par la plupart des mutuelles.» Elle assure toutefois que les médecins tiennent compte de la situation sociale des patients. Encore heureux !

medecine«Cette mesure doit être appliquée avec tact et mesure», déclare au Figaro le Dr Yann Noël Lavie, président du Collectif pour l’Organisation et la Défense du Territoire de Santé (CODTS) Pays de Lorient. Cette association territoriale de médecins a été créée l’an dernier pour protester contre certains points de la loi Santé de Marisol Touraine, dont le tiers-payant généralisé, ou défendre d’autres «valeurs» comme le libre-choix du parcours du patient. Elle rassemble aujourd’hui plus de 110 membres, soit 80% des médecins de la région de Lorient. «L’idée de facturer des heures supplémentaires peut paraître exagérée mais elle est tout à fait légale», insiste le médecin, qui fait valoir le droit du généraliste à appliquer des dépassements pour exigence particulière du patient (DE). Par exemple, si un patient demande à être reçu en dehors des heures d’ouverture de son cabinet.

«Or, en tant que profession libérale, le médecin est libre de fixer ses horaires d’ouverture», souligne le Dr Yann Noël Lavie. «Il est simplement tenu d’informer les patients de ses horaires et de remplir sa mission de santé publique, notamment en s’organisant avec les autres médecins du secteur pour assurer les gardes entre 20 heures et 8 heures.» Techniquement, selon lui, il est donc libre de considérer que recevoir un patient à 17h15 entre dans ce fameux droit au dépassement exceptionnel…

Un point de vue que ne partage pas la CPAM du Morbihan.

«La décision de ces médecins de sortir des règles tarifaires est hors champ conventionnel», indique-t-elle au Télégramme. «En premier lieu, la référence aux 35 heures est inopérante pour des professionnels de santé qui ont opté pour l’exercice libéral». De plus, «cette nouvelle pratique (…) va inévitablement peser sur les assurés en termes d’égal accès aux soins».

À quelques semaines de négociations sensibles, le siège national de la CPAM se refuse pour le moment à commenter cette initiative locale. Il rappelle toutefois que celle-ci fait suite à d’autres mouvements de contestation des tarifs des consultations.

En mars 2015, à l’appel du syndicat majoritaire MG France, des médecins ont décidé de relever le prix de leur acte de 2 euros, passant la consultation de 23 à 25 euros. L’Assurance maladie avait alors haussé le ton, assurant qu’elle veillerait «avec vigilance à la régularité des tarifs appliqués et fera usage, à chaque fois que nécessaire, de tous les moyens juridiques à sa disposition prévus par la convention médicale et par l’article L162-14-1 du code de la sécurité sociale pour faire respecter les obligations qui s’appliquent aux médecins conventionnés et pour protéger les assurés contre des pratiques tarifaires illicites».

Source: lefigaro.fr

 

N.B.: Un médecin généraliste (en secteur 1) touchent en réalité 31€49 par consultation car il faut ajouter au 23€ la prime versée par la sécurité sociale en fin d’année sur les objectifs de santé, la prise en charge également par la sécurité sociale d’une large part de leurs cotisations sociales (cotisations sociales prises en charge pour le secteur 1, en échange du blocage des honoraires).

A l’occasion de la sortie du livre « Trois amis en quête de sagesse *», Thierry Lyonnet reçoit Matthieu Ricard, Alexandre Jollien et Christophe André dans l’émission Visages, aujourd’hui mercredi 3 février à 17h, sur RCF.

« Ce livre est né de notre amitié. Nous avions le profond désir d’une conversation intime sur les sujets qui nous tiennent à coeur. »

Depuis longtemps, ils rêvaient d’écrire un livre ensemble, pour être utiles, pour apporter des réponses
aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence.

Trois amis en quête de sagesseQuelles sont nos aspirations les plus profondes ? Comment diminuer le mal-être ?
Comment vivre avec les autres ? Comment développer notre capacité au bonheur et à l’altruisme ? Comment devenir plus libre ?

Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts et les leçons apprises en chemin. Chaque fois, ils nous proposent des conseils.

Leurs points de vue sont différents, mais ils se retrouvent toujours sur l’essentiel.

Christophe André est médecin psychiatre et l’un des premiers à introduire l’usage de la méditation en
psychothérapie. Alexandre Jollien est philosophe. Il a vécu dix-sept ans dans une institution spécialisée pour personnes handicapées. Matthieu Ricard est moine bouddhiste depuis quarante ans. Il vit au Népal, où il se consacre aux projets humanitaires de l’association Karuna-Shechen.

Emission diffusée mercredi 3 février à 17h
Rediffusion jeudi 4 février à 23h et dimanche 7 février à 19h
Toute la programmation à retrouver sur rcf.fr

*Une coédition L’Iconoclaste – Allary éditionsR

 

 

Bonne-année-3L-1201X388-1-1200x388

Du noir pur, il parvient à faire jaillir la lumière.

À 95 ans, Pierre Soulages, figure majeure de la peinture abstraite française, dont le musée qui porte son nom a ouvert ses portes à Rodez en 2014, continue d’explorer les mystères de ce pigment.

Soulages« Je ne suis pas venu au noir, il a toujours était là, enfant. Pour moi, le noir est la couleur lumière par contraste, une couleur picturale puissante et très active », raconte l’artiste qui depuis 1979 « utilise le noir autrement ».

Il invente alors le noir-lumière qui deviendra ensuite l’Outre-noir.

« C’est un noir qui cesse de l’être et devient émetteur de clarté, de lumière secrète »

Instabilité émotionnelle, impulsivité, perturbation de l’attention, dépression….

Le trouble bipolaire doit être contrôlé pour mieux vivre au quotidien.

Cet ouvrage est conçu pour vous y aider.

Dans un premier temps, il propose un programme de psycho-éducation : vous allez acquérir une meilleure connaissance de votre trouble, de son origine et de ses manifestations afin de savoir comment mieux vous prendre en charge. À la fin de cette première étape un questionnaire va vous permettre de procéder à une véritable auto-évaluation. Vous serez ensuite guidé pour apprendre à utiliser la méditation en pleine conscience, la mindfulness, par une démarche progressive.

Mieux contrôler mon trouble bipolaire avec la mindfulness

Grâce à cette pratique vous serez en mesure d’accéder à des moments de pause et de recentrage,

vous réduirez votre niveau d’anxiété

et vous contrôlerez vos émotions.

Ce cahier propose des outils adaptables à chacun pour permettre d’une manière générale de mieux prendre soin de soi et d’agir efficacement sur les déterminants du trouble.

Cet ouvrage propose une adaptation de la méditation basée sur la pleine conscience en prévention de la  rechute dépressive pour les personnes atteintes de troubles bipolaires.

En effet, l’approche de Mindfulness a été démontrée scientifiquement quant à ses effets positifs pour donner une qualité de vie et des outils efficaces dans ce combat quotidien.

Les auteurs donnent un éclairage simple, clair, accessible à tous, tenant compte de la capacité de chacun, avec ses possibilités propres, dans la bienveillance envers soi et sans jugement de valeur. En douze chapitres, les auteurs proposent une approche et la pratique de la méditation de pleine conscience à l’usage des personnes atteintes de troubles bipolaires;

 

Sommaire

Le Trouble Bipolaire (déterminants, modèle bio-psycho-social, les troubles de l’humeur et la bipolarité, les traitements médicamenteux, la psychoéducation et les psychothérapies).

L’intérêt de la méditation et de la pratique de la pleine conscience dans le traitement des troubles bipolaires.

Les différents courants de la méditation (Yoga, Mindfulness, la MBCT).

Le Mindfulness en  huit séances (présence et pilote automatique, vivre dans sa tête, rassembler l’esprit qui se promène / pleine conscience de la respiration, reconnaître l’aversion/ rester présent, permettre/ lâcher prise, les pensées ne sont pas des faits, comment prendre soin de moi au mieux, maintenir et élargir les nouveaux acquis).

Conclusion, plan d’action personnel, bibliographie et liens web.

 

Biographie des auteurs

Sylvie Beacco – Sylvie Beacco est instructeur de Yoga (ViniYoga) depuis 1995, psychothérapeute (ARS), sophrologue et praticien certifié EMDR. Elle s’est formée à la MBCT avec Zindel Segal
Christian Gay – psychiatre, cofondateur de « France dépression », coordinateur d’un programme psychoéducatif destiné aux patients bipolaires. Auteur notamment de Vivre avec un maniaco-dépressif (Hachette, 2008, Fayard 2010), Vivre avec des hauts et des bas (Hachette littérature 2002, J’ai lu, 2004), Guide des médicaments psy (Livre de poche 2001),

 

Publics

Personnes concernées par cette pathologie, et leur entourage

 

Source: « Mieux contrôler mon trouble bipolaire avec la mindfulness« , de Sylvie Beacco et Dr Christian Gay, éditions Dunod

Le deuil blanc, qu’a vécu l’auteur, est une succession de deuils à vivre, alors que tout doucement, la personne atteinte de démence, s’enfonce dans une mort psychique, qui précède sa mort physique.

Poussé par la force et le souvenir aimant de cette femme exceptionnelle, Jean Biès a repris la plume pour ce « Deuil blanc », journal d’un accompagnant.

Un beau livre, calme et triste.

En effet, le talentueux écrivain-poète Jean Biès dut affronter sept ans durant la « maladie-sans-nom » qui frappa Rolande, son épouse, psychothérapeute jungienne réputée et « femme irradiante ».

De ce cauchemar, naîtra le Deuil blanc, le poignant « Journal d’un accompagnant » de la maladie d’Alzheimer qu’il nous a laissé après sa propre mort.

Le-Deuil-blancAu fil de ces « feuilles de déroute », teintées d’humour et de tendresse, le Deuil blanc se révèle un formidable chant d’amour.

Celui d’un homme désespéré par le lent et noble déclin de celle qu’il aime au-delà de tout. Celui d’un homme démuni et dérouté devant la maladie qui évoque avec pudeur l’arrivée de la solitude, l’effacement de la mémoire, l’arrachement de cet alter ego et le « yoga des larmes » qu’il s’impose pour surmonter l’absence de celle qu’il avait décrit des années plus tôt comme « l’Initiatrice ».

Journal spirituel intimiste, cet exceptionnel témoignage, écrit « à la mémoire de celle qui n’avait plus de mémoire », s’achève par une épitaphe écrite bien des années plus tôt par Rolande elle-même et qui résonne comme un appel à la métamorphose :

« Mon âme est désormais délivrée de toute misère. Elle s’est faite couronne de joie. Ma poussière deviendra soleil. »

Un très touchant hommage, à la mémoire de celle qui perdait sa mémoire.

Biographie de l’auteur:

Né le 28 août 1933 à Bordeaux, Jean Biès est décédé à Paris en 2014. En 1951, alors qu’il vit en Algérie depuis plusieurs années, il découvre l’oeuvre de René Guénon, qui va durablement orienter sa vie. Sa rencontre avec Rolande Renoux (1919-2012), élève de Gaston Bachelard et disciple d’un maître hindou, va l’ouvrir au soufisme et aux spiritualités de l’Inde, du Tibet, de la Chine et du Japon. Marquée par les oeuvres de Cari G Jung et de Marie-Louise von Franz, elle deviendra analyste en 1974. Docteur d’Etat et enseignant, Jean Biès a publié plus de 30 livres dont « Le Livre des Jours », son « Journal spirituel (1951-2007) » édité en 2014 chez Hozhoni.

Autre:

  • Le deuil blanc diffère du deuil qui suit le décès, car sa résolution complète est impossible tandis que la personne est encore en vie. Mais cette ambiguïté, et les sentiments de toutes sortes associés, constituent une expérience commune et prévisible pour tous les aidants qui accompagnent une personne atteinte de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Source : Société Alzheimer – Centre du Québec

  • francealzheimer.org

 

Source: « Le deuil blanc: au-delà d’Alzeimer, l’amour (journal d’un accompagnant)« , de Jean Biès, éditions Hozhoni

« L’amour est la seule chose qui double

à chaque fois qu’on le partage »

 

 

 

 

Albert Schweitzer
(1875-1965)médecin, pasteur et théologien protestant

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 285 autres abonnés