maigrir


Activité apparu à partir des années 30, et tout droit venu de Finlande !

La marche nordique, aussi appelée  » nordic walking « , était pratiquée par les skieurs de ski de fond pour parfaire leurs techniques et permettre de pouvoir se préparer et s’entraîner l’été, sans la présence de la neige.

C’est à partir de 1997 et grâce à une société finlandaise, que fut créer les premiers bâtons spécifiques pour cette discipline.

Marche nordique 2, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeuteLa sauvakavely (marche nordique en finlandais) connait depuis un énorme succès partout dans le monde.

La marche nordique tonifie les muscles du corps, renforce les chaînes musculaires et articulaires, et affine la silhouette.

Le mouvement complet de la marche nordique permet un entraînement général de toutes les chaînes musculaires du corps.

Contrairement à la marche et au jogging (qui n’exploitent que les membres inférieurs), l’utilisation des bâtons favorise le développement musculaire des parties supérieures du corps.

Les abdominaux, les bras, les pectoraux, les épaules et le cou se trouvent  donc sollicités au même titre que fessiers et cuisses.

La marche nordique est une pratique très complète qui sollicite 80% des chaînes musculaires et permet de dépenser deux ou trois plus de calories que la marche.

A savoir:  La marche nordique est  préconiser par la médecine et rembourser par la sécurité social en Allemagne, ainsi que dans les pays scandinaves.

Marche nordique 3, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeuteQu’est-ce que c’est ?

Un sport et loisir complet qui sollicite 90% de votre musculature !

Contrairement à la course ou à la marche traditionnelle, l’utilisation de deux bâtons vous permet d’exploiter les muscles des parties supérieures en plus des inférieures (les abdominaux, les bras, les pectoraux, les épaules et le cou se trouvent sollicités au même titre que fessiers et cuisses).

Des bienfaits…

* Aide à une meilleure respiration : Sa position et ses appuis latéraux permet une plus grande amplitude pulmonaire et une plus forte oxygénation allant jusqu’à 60 % de plus que la marche traditionnelle.
* Aide à l’amincissement : l’implication de toutes les chaînes musculaires augmente la dépense énergétique.
* Aide à la fortification des os : les vibrations perçues par le planter de bâton permettent de fortifier les articulations sans les agresser.

Changez-vous les idées, oubliez tous vos soucis !

Partez au grand air à la découverte de la nature de votre région…

Tout en vous assurant une pratique ludique et conviviale !

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

J'arrête d'avoir peur !

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Deux fois plus de décès prématurés peuvent être attribuables au manque d’activité physique qu’à l’obésité, selon une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Mais il suffit d’une petite augmentation d’activité pour réduire le risque.

Il est déjà connu que l’inactivité est associée à un risque accru de décès prématuré ainsi qu’à un risque accru de maladies cardiaques et de cancer. Bien qu’elle puisse contribuer à une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC), elle est associée au décès prématuré indépendamment de l’IMC.

Ulf Ekelund, de l’Université Cambridge, et ses collègues ont analysé des données concernant 334,161 hommes et femmes européens suivis pendant 12 ans.

La plus grande réduction de risque de décès prématuré était constatée entre les groupes inactifs et modérément actifs.

Un peu moins d’un quart des participants (23%) étaient inactifs, c’est-à-dire qu’ils ne rapportaient aucune activité physique dans leur loisir et au travail.

Seulement 20 minutes de marche rapide chaque jour (brûlant entre 90 et 110 calories) faisait passer une personne du groupe inactif à celui modérément actif et réduisait le risque de 16 à 30%. L’impact était plus grand chez les personnes de poids normal, mais celles avec un IMC supérieur retiraient aussi un bénéfice.

Mais « nous devrions vraiment chercher à faire plus que cela », estiment les chercheurs. « L’activité physique a de nombreux avantages pour la santé et devrait être une partie importante de notre vie quotidienne ».

« Aider les gens à perdre du poids représente un véritable défi, et alors que nous devons continuer à chercher à réduire les niveaux d’obésité de la population, les interventions de santé publique qui encouragent les gens à faire de petits changements, mais réalisables, d’activité physique peut avoir des avantages importants pour la santé et être plus faciles à obtenir et maintenir », dit-il.

 

Sources : Psychomédia.qc.ca, University of Cambridge

« Le médicament pour maigrir Mysimba est dangereux », dénonce Prescrire, suite à l’avis de l’EMA

La revue Prescrire dénonce « l’inacceptable décision de l’agence européenne du médicament (EMA) », annoncée le 19 décembre, de recommander l’autorisation du médicament pour maigrir Mysimba (appelé Contrave dans certains pays dont les États-Unis) qui est une association de naltrexone et de bupropion (aussi appelé amfebutamone).

Les 2 molécules associées dans ce médicament, du laboratoire americain Orexigen Therapeutics, sont déjà approuvées séparément : le naltrexone (Antaxone, Nalorex, Revia) est indiqué dans le maintien de l’abstinence dans l’alcoolisme et le bupropion (Zyban) est indiqué dans l’aide au sevrage tabagique (1)

L’EMA rapporte avoir pris cette décision, souligne Prescrire, malgré des « incertitudes en ce qui concerne les effets cardiovasculaires à long terme ».

L’agence mentionne aussi des troubles gastro-intestinaux et liés au système nerveux central !

Il s’agit d’une « régression majeure pour la sécurité des patients européens », explique la revue.

L’amfebutamone est un médicament amphétaminique, tout comme l’amfépramone. Or, en 2000, l’EMA a retiré l’autorisation de commercialisation de plusieurs coupe-faim ayant un mécanisme d’action similaire à celui de l’amfépramone (clobenzorex, dexfenfluramine, fenfluramine, fenproporex…) afin de protéger la santé publique.

En 2009, la sibutramine (Sibutral), un coupe-faim structurellement liée aux amphétamines, a également été retirée par l’EMA en raison de réactions indésirables graves et disproportionnées.

Enfin, le benfluorex (Mediator) a également été retiré de l’ensemble du marché de l’Union européenne en 2010.

De plus, « en 2013, l’EMA a refusé à juste titre d’autoriser la dangereuse combinaison phentermine + topiramate (Qsiva, Qsymia) pour des raisons de sécurité, et la demande d’autorisation pour le lorcaserin (Belviq) a été retirée par la compagnie à la suite d’un avis provisoire négatif de l’EMA. »

La décision concernant le Mysimba est ainsi incongrue, juge la revue.

« Une perte de poids de quelques kilogrammes obtenus par thérapie médicamenteuse ne saurait justifier d’exposer les patients obèses ou simplement en surpoids à un risque disproportionné de réactions indésirables, d’autant plus que le poids perdu est très souvent retrouvé en quelques mois à l’arrêt du traitement », souligne Prescrire.

La revue appelle au renversement de cette décision.

Le Mysimba (Contrave) a été autorisé aux États-Unis en septembre dernier, de même que le Qsiva (ou Qsymia) et le Belviq en 2012.
(1) Le bupropion est aussi commercialisé comme antidépresseur (sous l’apellation Wellbutrin) aux États-Unis et au Canada notamment.

 

Sources : Psychomédia.qc.ca,Prescrire, EMA

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Généralement, la boulimie sert à gérer des émotions ou des conflits.

Elle découle habituellement d’une faible estime de soi et d’une image corporelle négative.

Ces facteurs sont souvent amplifiés par une situation familiale difficile ou un discours parental très axé sur la minceur.

Les dernières recherches indiquent que certaines personnes auraient une susceptibilité aux troubles alimentaires inscrite dans leurs gènes. La boulimie s’associe d’ailleurs à tout un spectre de problèmes héréditaires tels la dépression, les troubles anxieux et l’alcoolisme.

Tous sont contrôlés par les mêmes mécanismes cérébraux, qui gèrent également la satiété.

«On est plus vulnérable à un trouble alimentaire en présence d’un autre élément déclencheur. Un régime, par exemple, n’a pas son pareil pour dérégler les taux de sérotonine. Cela dit, n’importe qui peut développer un trouble boulimique en se restreignant trop sur le plan alimentaire, avec ou sans prédisposition génétique», précise le Dr Steiger

Pas étonnant que, dans les sociétés qui ont fait de la minceur un idéal, le nombre de cas de boulimie soit en progression.

«C’est ce désir d’être mince à tout prix qui déclenche la perte de contrôle sur l’appétit. La boulimie est le contrecoup de cette culture qui valorise tant la minceur. Or, ce n’est pas facile de résister à ces pressions», observe le Dr Steiger.

Beaucoup de femmes vivent ce trouble alimentaire dans le plus grand secret. Et beaucoup d’hommes sont pornodépendants ou ayant une addiction sexuelle.

Vous aussi, peut-être ?

 

Sources : coupdepouce.com, mon expérience professionnelle

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Contrairement à l’anorexie, la boulimie ne s’accompagne pas nécessairement de fluctuations de poids apparentes ou d’un refus systématique de manger en public.

Les boulimiques peuvent afficher un poids normal tout en mangeant et en se purgeant beaucoup. Socialement, elles ne refusent pas non plus de manger lors d’occasions spéciales.

Par conséquent, la boulimie passe souvent inaperçue, échappant même à la vigilance des proches.

Je dois dire aussi que les boulimiques développent tout un arsenal de stratégies pour masquer leur comportement. Ainsi, pour faire disparaître les odeurs de vomissements, elles frotteront frénétiquement les toilettes, changeront souvent de vêtements et feront un usage fréquent de la brosse à dents, du rince-bouche et de gomme à mâcher.

Elles feront souvent leurs courses furtivement, pour ne pas éveiller les soupçons, et elles garderont sur elles des laxatifs qu’elles prendront aux toilettes, où elles filent souvent, prétendument pour se laver les mains…

 

.

Voulez-vous un rdv d’information (30 minutes gratuites, sans engagement) pour un soutien psy, une psychothérapie, du coaching ? Cliquer ici svp

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 245 autres abonnés