soutien psychologique


Tow, pour Toulouse Onco Week.

Cette grande manifestation aura plusieurs facettes, dont les temps forts s’articuleront autour du premier symposium international du CRCT, le Centre de recherches en cancérologie de Toulouse.

Elle aura lieu au centre de congrès Pierre Baudis de Toulouse. Au menu : des présentations d’entreprises et de chercheurs, des rencontres business to business organisées par le Pôle de Compétitivité Cancer Bio Santé, ainsi que des programmes sociaux et des évènements caritatifs coordonnés par Toulouse Métropole et So Toulouse au profit de la Fondation Toulouse Cancer Santé.

« C’est le premier congrès d’oncologie en Europe à accueillir l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre le cancer. C’est le reflet de l’organisation de l’Oncopole, qui se distingue par l’union de la recherche privée et publique, du soin, des universitaires, des industriels et du monde associatif et caritatif », souligne Jean-Jacques Fournié, directeur du CRCT. Le centre a réalisé près de 70.000 consultations lors de sa première année d’activité.

Cet évènement qui vise à devenir une référence doit valoriser les dernières innovations technologiques dans le domaine de la détection, de l’apparition et du traitement individualisé des cancers, mais aussi faire un point sur les dernières grandes avancées en immunothérapies anti-cancéreuses. « Il y aura environ 400 participants au symposium, marqué par la présence des professeurs Gerd Binnig et Jules Hoffman, respectivement prix Nobel de Physique et de Médecine. Il y aura aussi des chercheurs et cliniciens de renommée internationale, comme les professeurs suédois Thomas Helleday, spécialiste de la réparation de l’ADN, ou Craig D. Logsdon, qui travaille sur un diagnostic et des traitements plus efficaces du cancer du pancréas », détaille Jean-Jacques Fournié.

Révéler les projets à potentiel

La Tow sera aussi l’occasion pour les industriels, les start-ups et les laboratoires de présenter leurs innovations devant des investisseurs, des représentants des big pharmas et l’ensemble de la communauté de la cancérologie internationale.

Le pôle de compétitivité Cancer Bio Santé a retenu quinze entreprises qui auront trois jours pour convaincre, durant des démonstrations flash de cinq minutes.

« Je me réjouis que des entreprises à forte valeur ajoutée telles qu’Innopsys ou Pierre Fabre viennent présenter leurs dernières innovations. La tenue de rendez-vous d’affaires va contribuer à établir des passerelles essentielles entre le monde académique et celui des entreprises. Des startups vont se faire connaître, des partenariats vont émerger, des voies de collaboration plus étroites vont se nouer », assure Liberto Yubero, président du pôle de compétitivité Cancer Bio Santé.

Une centaine de publications de l’Oncopole

Un an et demi après son ouverture, l’Oncopole affiche déjà entre 180 et 200 essais cliniques au sein du CRCT et de l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse (IUCT). Le patient atteint d’un cancer est au cœur de ce dispositif, ce qui implique des résultats plus longs dans le temps. « Cela peut prendre des années avant d’avoir de réels résultats mais chaque essai clinique, même si il semble décevant, apprend quelque chose de bénéfique pour l’avenir. Nous avons déjà réalisé une centaine de publications, dont une sur la façon dont on prend en charge la leucémie aigue et du myélome, un cancer du contenu de l’os. Une autre était sur la codification d’un outil moléculaire pour améliorer l’individualisation du traitement », explique Jean-Pierre Delord, responsable de la recherche clinique.

Au-delà des grands rendez-vous scientifiques et économiques, la Tow sera aussi un moment de partage avec le grand public, via des conférences ouvertes à tous et des actions caritatives pour lever des fonds.

Le dimanche 7 février, une course à pied de cinq kilomètres au départ du jardin des plantes est organisée pour reverser les bénéfices à parts égales entre la fondation Toulouse Cancer Santé et la Ligue contre le Cancer. La Tow s’achèvera dans une ambiance festive, le même jour à la halle aux grains, au son de Toulouse Con Tour, qui réunira Art Mengo, Magyd Cherfi du groupe Zebda et Yvan Cujious.

 

Source: touleco.fr

Instabilité émotionnelle, impulsivité, perturbation de l’attention, dépression….

Le trouble bipolaire doit être contrôlé pour mieux vivre au quotidien.

Cet ouvrage est conçu pour vous y aider.

Dans un premier temps, il propose un programme de psycho-éducation : vous allez acquérir une meilleure connaissance de votre trouble, de son origine et de ses manifestations afin de savoir comment mieux vous prendre en charge. À la fin de cette première étape un questionnaire va vous permettre de procéder à une véritable auto-évaluation. Vous serez ensuite guidé pour apprendre à utiliser la méditation en pleine conscience, la mindfulness, par une démarche progressive.

Mieux contrôler mon trouble bipolaire avec la mindfulness

Grâce à cette pratique vous serez en mesure d’accéder à des moments de pause et de recentrage,

vous réduirez votre niveau d’anxiété

et vous contrôlerez vos émotions.

Ce cahier propose des outils adaptables à chacun pour permettre d’une manière générale de mieux prendre soin de soi et d’agir efficacement sur les déterminants du trouble.

Cet ouvrage propose une adaptation de la méditation basée sur la pleine conscience en prévention de la  rechute dépressive pour les personnes atteintes de troubles bipolaires.

En effet, l’approche de Mindfulness a été démontrée scientifiquement quant à ses effets positifs pour donner une qualité de vie et des outils efficaces dans ce combat quotidien.

Les auteurs donnent un éclairage simple, clair, accessible à tous, tenant compte de la capacité de chacun, avec ses possibilités propres, dans la bienveillance envers soi et sans jugement de valeur. En douze chapitres, les auteurs proposent une approche et la pratique de la méditation de pleine conscience à l’usage des personnes atteintes de troubles bipolaires;

 

Sommaire

Le Trouble Bipolaire (déterminants, modèle bio-psycho-social, les troubles de l’humeur et la bipolarité, les traitements médicamenteux, la psychoéducation et les psychothérapies).

L’intérêt de la méditation et de la pratique de la pleine conscience dans le traitement des troubles bipolaires.

Les différents courants de la méditation (Yoga, Mindfulness, la MBCT).

Le Mindfulness en  huit séances (présence et pilote automatique, vivre dans sa tête, rassembler l’esprit qui se promène / pleine conscience de la respiration, reconnaître l’aversion/ rester présent, permettre/ lâcher prise, les pensées ne sont pas des faits, comment prendre soin de moi au mieux, maintenir et élargir les nouveaux acquis).

Conclusion, plan d’action personnel, bibliographie et liens web.

 

Biographie des auteurs

Sylvie Beacco – Sylvie Beacco est instructeur de Yoga (ViniYoga) depuis 1995, psychothérapeute (ARS), sophrologue et praticien certifié EMDR. Elle s’est formée à la MBCT avec Zindel Segal
Christian Gay – psychiatre, cofondateur de « France dépression », coordinateur d’un programme psychoéducatif destiné aux patients bipolaires. Auteur notamment de Vivre avec un maniaco-dépressif (Hachette, 2008, Fayard 2010), Vivre avec des hauts et des bas (Hachette littérature 2002, J’ai lu, 2004), Guide des médicaments psy (Livre de poche 2001),

 

Publics

Personnes concernées par cette pathologie, et leur entourage

 

Source: « Mieux contrôler mon trouble bipolaire avec la mindfulness« , de Sylvie Beacco et Dr Christian Gay, éditions Dunod

Le deuil blanc, qu’a vécu l’auteur, est une succession de deuils à vivre, alors que tout doucement, la personne atteinte de démence, s’enfonce dans une mort psychique, qui précède sa mort physique.

Poussé par la force et le souvenir aimant de cette femme exceptionnelle, Jean Biès a repris la plume pour ce « Deuil blanc », journal d’un accompagnant.

Un beau livre, calme et triste.

En effet, le talentueux écrivain-poète Jean Biès dut affronter sept ans durant la « maladie-sans-nom » qui frappa Rolande, son épouse, psychothérapeute jungienne réputée et « femme irradiante ».

De ce cauchemar, naîtra le Deuil blanc, le poignant « Journal d’un accompagnant » de la maladie d’Alzheimer qu’il nous a laissé après sa propre mort.

Le-Deuil-blancAu fil de ces « feuilles de déroute », teintées d’humour et de tendresse, le Deuil blanc se révèle un formidable chant d’amour.

Celui d’un homme désespéré par le lent et noble déclin de celle qu’il aime au-delà de tout. Celui d’un homme démuni et dérouté devant la maladie qui évoque avec pudeur l’arrivée de la solitude, l’effacement de la mémoire, l’arrachement de cet alter ego et le « yoga des larmes » qu’il s’impose pour surmonter l’absence de celle qu’il avait décrit des années plus tôt comme « l’Initiatrice ».

Journal spirituel intimiste, cet exceptionnel témoignage, écrit « à la mémoire de celle qui n’avait plus de mémoire », s’achève par une épitaphe écrite bien des années plus tôt par Rolande elle-même et qui résonne comme un appel à la métamorphose :

« Mon âme est désormais délivrée de toute misère. Elle s’est faite couronne de joie. Ma poussière deviendra soleil. »

Un très touchant hommage, à la mémoire de celle qui perdait sa mémoire.

Biographie de l’auteur:

Né le 28 août 1933 à Bordeaux, Jean Biès est décédé à Paris en 2014. En 1951, alors qu’il vit en Algérie depuis plusieurs années, il découvre l’oeuvre de René Guénon, qui va durablement orienter sa vie. Sa rencontre avec Rolande Renoux (1919-2012), élève de Gaston Bachelard et disciple d’un maître hindou, va l’ouvrir au soufisme et aux spiritualités de l’Inde, du Tibet, de la Chine et du Japon. Marquée par les oeuvres de Cari G Jung et de Marie-Louise von Franz, elle deviendra analyste en 1974. Docteur d’Etat et enseignant, Jean Biès a publié plus de 30 livres dont « Le Livre des Jours », son « Journal spirituel (1951-2007) » édité en 2014 chez Hozhoni.

Autre:

  • Le deuil blanc diffère du deuil qui suit le décès, car sa résolution complète est impossible tandis que la personne est encore en vie. Mais cette ambiguïté, et les sentiments de toutes sortes associés, constituent une expérience commune et prévisible pour tous les aidants qui accompagnent une personne atteinte de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Source : Société Alzheimer – Centre du Québec

  • francealzheimer.org

 

Source: « Le deuil blanc: au-delà d’Alzeimer, l’amour (journal d’un accompagnant)« , de Jean Biès, éditions Hozhoni

« L’amour est la seule chose qui double

à chaque fois qu’on le partage »

 

 

 

 

Albert Schweitzer
(1875-1965)médecin, pasteur et théologien protestant

 

Eteignez votre télé !

le seul guide de carrière dont vous avez besoin

1 – Les plans, ça n’existe pas

 

2 – Pensez vos forces, pas vos faiblesses

 

3 – L’important, ce n’est pas vous

 

4 – La persévérance l’emporte toujours sur le talent

 

5 – Faites des erreurs, mais faites-les bien

 

6 – Laissez votre empreinte

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

« Ce jour est un jour tout neuf.

Il n’a jamais existé et
il n’existera jamais plus.

Prenez donc ce jour et faites-en
une échelle pour accéder
à de plus hauts sommets.

Ne permettez pas que la tombée
du jour vous trouve semblable
à ce que vous étiez à l’aube.

Faites de ce jour un jour unique, mémorable.

Enrichissez-le et, ce faisant, enrichissez-vous.

Ce jour est un don de Dieu.
Il n’est donc pas quelque chose d’ordinaire, de fortuit,
quelque chose qui va de soi.

Il vous est spécialement offert.

Prenez-le entre vos mains avec un sentiment de ferveur. »

Swâmi Chidânanda

swami-chida

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 285 autres abonnés