«J’avais tellement mangé de desserts que mon taux de cholestérol était très élevé.

J’ai consulté une nutritionniste, croyant que mon problème n’était que physique, et là, jai réalisé que je n’avais pas pris un vrai repas depuis des années.

Je ne savais plus manger normalement. Je ne me sentais pas bien, je m’absentais du travail, j’avais de plus en plus d’idées noires, je ne vivais plus», explique Suzanne.

Chose certaine, entre les gavages, les régimes et les purges, la santé tant psychologique (sautes d’humeur, anxiété, contrôle des pulsions, concentration et sommeil) que physique en prend un coup !

Le système digestif se dérègle sous l’effet du jeûne, des grandes quantités de nourriture absorbées, des laxatifs et des vomissements à répétition.

L’usage fréquent de laxatifs accélère le processus digestif et peut causer des ulcères, rendre l’intestin paresseux et entraîner de la constipation et des ballonnements.

À l’extrême, outremanger peut provoquer la rupture de l’estomac.

À cause de l’acidité du contenu de l’estomac, les vomissements récurrents peuvent perforer la paroi de l’oesophage, abîmer les gencives, carier les dents et causer des douleurs musculaires persistantes, des évanouissements fréquents et la perte de cheveux.

À la longue, les vomissements affectent les os, entraînant de l’ostéoporose, et le coeur, provoquant des difficultés cardiaques.

 

Sources: coupdepouce.com, mon expérience professionnelle

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

La minceur comme distinction sociale…

Des sociologues, tels que Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, se sont attachés à lier les raisons du culte moderne de la minceur à l’abondance alimentaire qui caractérise notre époque.

En effet, si à partir de la Renaissance, le gras était positivement connoté, incarnant la richesse et la santé, c’est qu’il correspondait à une période de manque que menaçait la famine. Être gros, c’est-à-dire contenir en soi un stock nécessaire à sa survie, était alors le signe d’un privilège social.

Mais à partir du xxe siècle, l’industrialisation et le progrès technologique ont fait disparaître le problème du manque pour laisser la place à son pendant inverse : la surconsommation. Dès lors, dans une société de pléthore où la nourriture est accessible à tous, il n’y a plus de sens à se distinguer par son embonpoint.

Au contraire, c’est par la minceur désormais que les classes supérieures vont vouloir se démarquer du corps gras devenu « vulgaire », celui de l’ouvrier, du corps productif «bien nourri».

La minceur devient le symbole de l’élégance.

Elle « épure » les corps, se manifestant par des silhouettes éthérées, plus proche symboliquement d’un mode de vie intellectuel que manuel.

Elle prend la forme d’un devoir moral.

Être gros, c’est se « laisser aller », se « négliger » à l’heure où les valeurs de la modernité louent la performance individuelle, le contrôle de soi, le dynamisme.

Il n’en demeure pas moins que ce sont les femmes, dont les mensurations ne cessent de s’affiner depuis un siècle, qui sont le plus exposées à ce phénomène.

En effet, si les hommes sont concernés par la recherche de la minceur – depuis les années 1980 où ils étaient 24 %, les hommes sont aujour­d’hui 54 % à se trouver 
trop gros –, la pression exercée sur eux est considérablement moins forte.

Même si l’image du « glouton » hante l’apparition de la moindre bedaine, il existe beaucoup de dérogations liées à un statut social particulier qui excusent à l’homme ses écarts alimentaires, comme chez l’homme politique, le cuisinier ou certains athlètes.

 

Sources : scienceshumaines.common, expérience de psychopraticien spécialisé en addiction alimentaire

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Il peut arriver à tout le monde de trop manger sous l’influence de certaines émotions.

Mais quand on pense à la nourriture tout le temps, on a de grandes chances d’avoir affaire à un trouble du comportement alimentaire.

Comment savoir dans ce contexte à partir de quand on peut parler de boulimie ?

Quels sont les symptômes de la boulimie ?

La boulimie se traduit par des prises alimentaires où l’on consomme de grandes quantités de nourriture en peu de temps.

Avec le sentiment qu’on n’a pas le contrôle des événements.

Les boulimiques utilisent des méthodes compensatoires afin de ne pas prendre de poids : vomissements, prises de laxatifs ou périodes de jeûne, sports à haute dose.

La personne boulimique mange tout et n’importe quoi de manière compulsive.

Elle s’isole pour ingurgiter des aliments qu’elle avale sans plaisir, le plus vite possible, pour ensuite se faire vomir.

Elle craque souvent dans des situations émotionnelles synonymes d’inconfort comme l’angoisse ou l’irritabilité, ce qu’elle regrette tout de suite après.

À la honte de se faire vomir s’ajoutent le poids de la culpabilité et des regrets.

Elle se dévalorise et entretient par conséquent une image négative d’elle-même, confirmée par ses échecs répétés.

Elle voudrait arrêter ces crises devenues fréquentes par la seule force de sa volonté, mais n’y parvient pas. L‘obsession de la nourriture ne la lâche pas et elle redoute toujours le prochain craquage.

La boulimie concerne aujourd’hui de 2 à 5 % environ des femmes de 15 à 45 ans, soit près de 250 000 femmes.

NB: Quand la personne ne se fait pas vomir après une crise, et/ou quand la fréquence des crises est irrégulières, je parle alors d’hyperphagie boulimique. Dans ce cas, elle est très souvent en surpoids, voire obèse.

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

De courtes périodes de jeûne sont dans certains cas aussi efficaces que la chimiothérapie pour lutter contre certains cancers chez les souris, selon une étude publiée mercredi 8 février aux Etats-Unis.

Cette nouvelle étude montre que combiner les deux méthodes prolonge leur durée de vie.

Le jeûne seul permet de traiter efficacement une majorité de cancers chez des animaux de laboratoire, y compris les tumeurs cancéreuses provenant de cellules humaines, soulignent les auteurs de cette étude parue dans la revue Science Translational Medicine datée du 8 février.

Selon eux, sur huit types de cancer observés chez des souris de laboratoire, cinq ont réagi aussi bien au jeûne qu’à la chimiothérapie.

DES TAUX DE GUÉRISON DE 20 % À 40 %

« Le fait de réduire la quantité de nourriture consommée ralentit la croissance et la propagation du cancer », expliquent ces médecins. Et, chaque fois, « la combinaison de cycles courts de jeûne avec la chimiothérapie est soit plus efficace, soit nettement plus efficace que la chimiothérapie seule« , précise Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’université de Californie du Sud, principal auteur de cette étude.

Ainsi, de multiples périodes de jeûne combinées à la chimiothérapie guérissent 20 % de certains cancers très agressifs chez les souris de laboratoire. Le taux de guérison grimpe à 40 % pour les souris atteintes de ces mêmes cancers mais moins étendus, tandis qu’aucune souris n’a survécu traitée uniquement avec la chimiothérapie.

« Seul un essai clinique d’une durée de plusieurs années permettrait de savoir si ce traitement pourrait avoir des effets similaires chez l’homme », souligne le Dr Longo. Les résultats d’un essai clinique de phase 1 portant sur un tel traitement sur des patientes souffrant d’un cancer du sein, du canal urinaire et de l’ovaire, mené par deux cancérologues du USC Norris Comprehensive Cancer Center, ont été soumis pour une présentation à la prochaine conférence annuelle de la Société américaine de cancérologie (ASCO).

MOINS D’EFFETS SECONDAIRES

Mais cette première phase clinique vise seulement à tester la sûreté de cette thérapie, et surtout à déterminer si des patients peuvent supporter de jeûner pendant deux jours avant une chimiothérapie et un jour après. « Nous ne savons pas si le jeûne est efficace chez l’homme » contre le cancer, souligne le Dr Longo, de telles privations de nourriture pourraient être risquées chez certains individus. Un jeûne peut notamment provoquer une chute de la tension artérielle et des maux de tête.

Selon une étude fondée sur des données fournies par des malades et publiée dans la revue américaine Aging en 2010, dix patients atteints d’un cancer qui ont essayé de suivre des cycles de jeûne ont dit ressentir moins d’effets secondaires provoqués par la chimiothérapie qu’ils subissaient.

Chez les souris, l’étude publiée mercredi a montré que des cycles de jeûne sans chimiothérapie pouvaient ralentir un développement du cancer du sein, du mélanome et d’une tumeur du cerveau.

Dans certains cas, le jeûne est aussi efficace que la chimiothérapie.

 

Sources: lemonde.fr, Science Translational Medicine

F.Duval-Levesque, psychotherapie, coach, psychopraticien, addiction, boulimie, dependance, depression, mal-etre, soutien psy

  • Vous arrive-t-il de faire de l’exercice de façon trop intense pour perdre du poids ?
  • Est-ce que vos habitudes alimentaires perturbent sérieusement votre vie ?
  • Est-ce que la nourriture domine votre vie ?
  • Y a-t-il des moments où la seule chose à laquelle vous pensez est la nourriture ?
  • Êtes-vous incapable de vous arrêter de manger quand vous le désirez ?
  • Quand vous êtes anxieuse, avez-vous tendance à manger plus ?
  • Avez-vous la sensation de ne plus avoir de contrôle sur la quantité de nourriture que vous ingérez ?
  • Est-ce que la nourriture ne constitue-t-elle pas une solution facile pour vous procurer du plaisir dans la vie ?
  • Êtes-vous incapable de laisser de la nourriture sur votre assiette à la fin d’un repas ?
  • Est-ce que c’est la sensation de faim qui détermine la quantité de nourriture que vous ingérez ?
  • Seriez-vous capable de tout pour pouvoir satisfaire vos envies alimentaires ?
  • Considérez-vous vos habitudes alimentaires comme anormales ?
  • Est-ce que lorsque vous devez faire face à des émotions fortes, les comportements ci-dessus ont tendance à se répéter et à s’intensifier ?

Ce sont les symptômes de la boulimie.

(Vous pouvez remplacer le mot « nourriture » par « sexe »,  » jeu »,  « alcool », autres addictions)

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Remplacez la cigarette ci-dessus par

jeu, sexe, alcool, nourriture,

et vous avez les

symptômes et conséquences désastreuses

de votre maladie !

 

Alors, qu’allez-vous faire, aujourd’hui, pour en guérir ?

 

L’anorexie mentale

Le diagnostic est retenu en cas de refus de maintenir un poids au-dessus d’un niveau minimum normal, une peur intense de prendre du poids alors que celui-ci est inférieur à la normale, la perturbation de l’estimation de son poids, de sa taille, aménorrhée (absence d’au moins trois cycles menstruels consécutifs).

On distingue l’anorexie restrictive et l’anorexie avec vomissements.

La boulimie

C’est l’absorption, en une période de temps limitée, d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en un laps de temps similaire et dans les mêmes circonstances. Par peur de grossir, le sujet peut avoir des comportements compensatoires (vomissements, laxatifs…).

Les autres troubles du comportement alimentaire

C’est le plus souvent l’hyperphagie, une prise alimentaire démesurée, dans un temps court, mais sans vomissements : grignoter de manière incontrôlée ou se lever la nuit pour dévaliser le frigo…