« Non, jamais dans la balance de la connaissance,

le poids de tous les musées du monde ne pèsera autant

qu’une étincelle de sympathie humaine »

___
Aimé Césaire

Une psy à l’écoute des malades, de leurs familles et des soignants !

Ils ne pensaient pas que c’était possible et pourtant, le gars en blouse blanche s’est agité tel un sémaphore tout en prononçant les mots tant redoutés : « c’est un cancer ».

Cette première consultation a marqué le début des pérégrinations de Marie, Sophie, Roland, Pierre, et tant d’autres au cours de ce trek sur le chemin de la guérison tant espérée.

Valérie Sugg raconte la période des bilans qui précède l’annonce, le choc des mots et le poids des radios, les angoisses qui prospèrent, les doutes que l’on pourchasse, les questionnements qui tournent en boucle comme un vieux vinyl rayé. Après il y a les traitements proposés analogues à un catalogue de voyage… pour le pays du cancer.

Cancer, sans tabou et trompette, psychotherapie, addiction sexuelle, dépendance, boulimie, F.Duval-Levesque psychopraticien, hypnothérapeute, coach, Toulouse, TCC, hypnose, mal-êtreOn est loin des Bahamas ou des Maldives pour la destination de rêve, et la plongée sera moins touristique. Le cancer ne donne pas vraiment le choix, se soigner est la priorité.

Heureusement, ce chemin est aussi ponctué de rires, de rencontres, de joies, de victoires aussi. Les équipes soignantes sont là, telles des poissons-sherpas tentant de faciliter la progression de chacun avec finesse… ou pas !

Il y a aussi toutes ces choses vécues mais non dites, certains sujets niés ou pas toujours entendus tels que la sexualité, la peur de l’avenir, les douleurs et leurs seuils d’acceptation ou non, l’inquiétude de redevenir ou pas comme avant, ces émotions extrêmes que chacun ressent et qui ne se résume pas à l’organe touché.

Valérie explore aussi la relation aux proches, aux soignants et la fin des traitements, l’angoisse de la récidive, et parfois la fin de vie.

Ce livre est un hommage à tous ceux qui traversent ou ont traversé cette épreuve, un hymne à leur vie, à la vie.

A lire !

Regardez l’interview de Valérie Sugg en cliquant ici.

Qui est l’auteur ?

Valérie Sugg, psycho-oncologue, accompagne depuis près de vingt ans, au sein d’un service de cancérologie hospitalier, les personnes atteintes de cancers ainsi que leurs proches. C’est aussi une passionnée de voyages au bout du monde à la rencontre d’autres cultures, mais aussi de photographies mettant en exergue la beauté du monde.

Source: « Cancer, sans tabou et trompette« , de Valérie Sugg, éditions Kawa

Souffrir de dépression peut avoir des conséquences négatives sur les chances de guérison

Heureusement, contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’annonce d’un cancer n’est pas toujours suivie d’un effondrement psychologique.

C’est une bonne nouvelle : cancer et dépression ne vont pas systématiquement de pair.

C’est la principale conclusion d’une méta-analyse – regroupant 94 études indépendantes et portant sur plus de 14.000 patients – publiée mercredi dernier en ligne par The Lancet Oncology. Elle montre que les dépressions, consécutives à l’annonce du diagnostic de cancer et au traitement de cette maladie, sont moins fréquentes que ce qu’imaginaient les équipes soignantes.

Selon Alex Mitchell et son équipe, 14,3 % des cancéreux souffrent d’une forme majeure de dépression et 9,6 % d’une forme légère.

cancer-du-sein, F.Duval-Levesque, psychotherapie, coach, psychopraticien, addiction, dependance, depression, mal-etre, soutien psyQuant aux troubles de l’humeur, ils se manifestent chez un tiers des patients. Ces résultats n’étonnent guère le Pr Fabien Calvo, cancérologue et directeur général adjoint de l’institut national du cancer (INCa). « Mais ils ont le mérite de préciser les choses alors que l’évaluation de la dépression est trop souvent faite à la louche par les cancérologues ou les soignants qui utilisent des grilles simples. Cette fois, des psychiatres et des psychologues se sont donné les moyens de bien différencier les dépressions vraies des troubles de l’humeur et de l’anxiété, assez naturels lors de l’annonce du diagnostic. »

Chez les personnes atteintes d’un cancer, le fait de souffrir en plus de dépression peut avoir des conséquences négatives sur l’observance du traitement, et donc les chances de guérison ou au moins de rémission. « C’est un paramètre important à identifier, en adaptant les critères de dépistage pour se focaliser sur des critères plus spécifiques de la situation, comme la détresse, les activités de la vie quotidienne, la qualité de vie, les besoins non respectés et les désirs d’aide », précisent les auteurs de ce travail.

À sa lecture, le Pr Calvo n’a qu’un regret : sur les 94 études analysées, une seule est française (deux italiennes, une espagnole). À cela deux explications possibles, selon lui : « Soit on ne gère pas assez ce genre de problème en France et dans la couronne latine, soit nos spécialistes publient trop peu en anglais. » Car la grande majorité des travaux provient des États-Unis et de Grande-Bretagne.

À l’INCa, précise-t-il, nous travaillons sur le sujet avec les associations de patients et le ministère de la Santé. Notre but est que chaque centre dispose de la présence de psycho-oncologues. D’ailleurs 285 postes ont été financés dans le cadre du premier plan cancer (2003/2007). Et le plan cancer II poursuit le soutien apporté aux établissements dans ce domaine.

Quant à la question de savoir si les personnes dépressives risquent, plus que les autres, de développer un cancer, elle n’est toujours pas résolue.

Beaucoup de gens tentent d’expliquer l’apparition d’une tumeur par un événement négatif de leur vie. C’est très difficile à vérifier. Certes, 10 % de la population souffre de dépression et chaque nouveau malade peut témoigner d’avoir vécu un moment difficile au cours des années précédant le diagnostic de son cancer. Mais un lien direct entre un épisode de vie pénible et le développement d’une tumeur est très complexe à prouver. « Avec les corrélations a posteriori, on peut démontrer ce qu’on veut », conclut le Pr Calvo.

Sources: Le Point.fr, The Lancet Oncology, Alex Mitchell, Pr Calvo

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement)

pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici