Le terme de « nymphomane » entre dans le dictionnaire en France en 1819.

La femme qui manifeste son désir sexuel est alors comparée à une hystérique.

Sept thèses de médecine s’intéressent à cette « folie érotique » entre 1800 et 1836.

Les nymphomanes sont décrites comme possédées par le diable. À l’époque, les spécialistes imaginent la femme comme complètement soumise à ses organes reproducteurs. Toutes les perturbations émotionnelles qu’elles peuvent ressentir sont forcément liées à leurs cycles : leur cerveau est directement régi par leur sexe.

Comme le rappelle la journaliste spécialisée Agnès Girard, pour « guérir » de cette folie, les chirurgiens de la fin du XIXe siècle n’hésitent pas à pratiquer « l’ablation des ovaires » et à « mutiler des milliers de femmes parce qu’elles ont des pulsions sexuelles ».

En 2014, ces mutilations existent encore, comme dans certains pays d’Afrique où l’excision est encore pratiquée. Dans le monde occidental, si les mentalités ont changé, peu de travaux scientifiques s’intéressent finalement au sujet, affirme Vincent Estellon dans son « Que sais-je » sur « Les Sex-addicts ».

Aux États-Unis, le mot « nymphomanie » a tout bonnement disparu. La bible des psychiatres, le DSM, un manuel publié par la Société américaine de psychiatrie répertoriant et catégorisant les troubles mentaux connus, ne fait plus mention de la nymphomanie depuis sa quatrième réédition au début 2000.

Dans sa cinquième et dernière réédition publiée en mai 2013, on parle de « troubles de l’hyper-sexualité ».

Aujourd’hui, le mot est surtout passé dans le langage courant. S’il est souvent utilisé de manière légère voire humoristique, il a conservé la connotation péjorative qui lui avait été accolée au XIXe siècle. La femme qui aime « ça » est pareille à une nymphe qui hante la ville peu vêtue et prête à céder à des appétits sexuels exagérés.

Sources : huffingtonpost.fr, DSM 5

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

 

L’amour, vous y croyez plus que jamais !

Mais vous vous en méfiez. Parce que vous en savez trop sur ses pièges ?

Ou pas assez sur son mode d’emploi ?

Pas facile de relier ensemble, et durablement, les pièces du kit “amour, couple, sexe”.

Alors, sachez inventer votre amour…

Aimer sans mode d'emploiNotre fameuse « moitié » existe-t-elle vraiment ?

Peut-on « gérer son image » dans la rencontre ?

L’amour peut-il durer toujours ?

Doit-on tout comprendre de l’autre ?

Et répondre à ses attentes ?

Peut-on éviter l’ennui, l’indifférence ou l’hostilité ? L’infidélité est-elle inévitable ?

L’amour est une aventure. Il surgit quand on oublie les méthodes infaillibles, les schémas classiques et les bons conseils, quand l’inconscient est de la partie.

Ce nouveau livre de l’auteur à succès Sophie Cadalen nous révèle comment opère cet inconscient en amour, nous poussant parfois à reproduire les erreurs que nous nous étions pourtant promis d’éviter.

Il nous aide à entrevoir ce qui à notre insu nous conditionne : préjugés, carcans moraux, héritages parentaux… Il nous invite surtout à écouter et suivre notre désir qui s’exprime au-delà de ces déterminismes.

En nous ouvrant à une rencontre vraie avec l’autre, nous pourrons inventer et réinventer, au jour le jour, la relation qui nous convient.

Source: « Aimer sans mode d’emploi : suivre les chemins de son désir« , de Sophie Cadalen, éditions Eyrolles

Quand je n’ai pas ma dose de sexe, je peux me sentir déprimée” constate Stéphanie, 32 ans, célibataire.

Addicte sexuelle ou nouvelle amazone des temps modernes ?

A une époque où chats, sites de rencontres et vente de sex-toys en ligne bouleversent nos pratiques sexuelles, il est parfois difficile de faire la part des choses. D’autant plus que l’addiction sexuelle au féminin reste un sujet tabou.

L’addiction sexuelle s’accompagne de souffrance dès lors que l’on n’obtient pas ce que l’on veut. Le sexe devient alors une condition sine qua non à l’équilibre de la personne.

L’abstinence est difficile et se solde par un profond mal-être physique et psychique.

Cette addiction se vit sur un mode compulsif. La sexualité est excessive, la plupart du temps coupée du lien affectif, avec du plaisir à la clé mais aussi des conséquences souvent négatives.

Si les effets sur le couple, quand celui-ci existe, sont évidents, il arrive que la sphère professionnelle et celle de la santé soient également touchées.

“Il m’arrive de passer des soirées dans un club échangiste, en pleine semaine. Je ne suis pas très en forme le lendemain” confie Cécile, 33 ans.

D’autres encore n’hésitent pas à faire une croix sur le préservatif, pour sacrifier à l’autel du plaisir.

Aujourd’hui la jouissance féminine est devenue “branchée”, voire incontournable, et même recommandée. Pour y parvenir tous les coups sont permis, au propre comme au figuré ! Ce qui explique que peu de femmes consultent à ce sujet.

C’est un fait, le sujet reste tabou chez la gent féminine, alors qu’il est plus facilement évoqué et identifié au masculin.

Toutefois, il y aurait lieu de se poser certaines questions.

(la suite demain)

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Effet de mode ?

Pathologie ?

Entre stratégie de communication (DSK serait « malade ») et bonne excuse pour les infidèles (Tiger Woods serait « malade » aussi), l’addiction sexuelle est mise à toutes les sauces.

Suite aux déclarations autour de la possible maladie de DSK (il souffrirait d’addiction sexuelle et souhaiterait se faire soigner), l’expression « addiction sexuelle » occupe plus que jamais le devant de la scène.

Initialement médiatisée par le biais d’affaires conjugales tout droit venues des USA, comme le cas de Tiger Woods ou de Michael Douglas, l’addiction sexuelle semble à première vue mêler intimement la morale et la psychiatrie : l’infidélité conjugale considérée comme une maladie, cela peut laisser perplexe.

Dans le cas de DSK, l’argumentation est reprise à un autre niveau : on invoque l’addiction sexuelle comme une maladie, qui permettrait en quelque sorte de le dédouaner, lui qui a publiquement été suspecté d’être un agresseur sexuel.

Faisons le point sur l’addiction sexuelle, et les mécanismes qui la sous-tendent.

L’addiction sexuelle : une forme de dépendance parmi d’autres ?

A partir de quoi classifie-t-on les pratiques sexuelles comme entrant dans le cadre d’une paraphilie ou d’une perversion ?

A partir de quelle normalité  détermine-t-on ce qui est déviant ?

addiction sexuelleEn ce qui concerne l’addiction sexuelle, il faut aller au-delà du mot, qui pointe une maladie, et comprendre ce qu’on veut désigner par là.

Qu’est-ce qu’un comportement addictif ?

L’addiction désigne une dépendance.

Et le comportement addictif, caractérisé notamment par l’impossibilité de s’abstenir et la perte de contrôle, est là pour calmer une angoisse.

Mais ce comportement n’est qu’un symptôme. En amont de celui-ci, il y a une raison qui relève souvent d’une angoisse de vide, ou d’une angoisse de perte liée à une problématique du deuil, au autre.

Tout cela se construit dans l’enfance, et est intimement lié à l’histoire personnelle de l’individu. Et l’addiction sexuelle est à rapporter aux autres addictions : c’est un des modes d’expression de la dépendance, qui est une défense contre une angoisse.

Les comportements de dépendance en général relèvent de ce même processus : en effet, on parle ici de comportements qui consistent à fuir le vide, à éviter de sombrer dans la dépression ou à perdre pied, en comblant cette peur du vide par un comportement qui calmera momentanément l’angoisse.

L’addiction sexuelle (multiplier les partenaires, se masturber compulsivement, séduire compulsivement, répéter des expériences sexuelles multiples) peut donc être un moyen de défense psychique contre le danger de l’effondrement.

Que l’addiction porte sur le sexe, le jeu, la drogue, l’alcool, le tabac, la nourriture,  c’est le même mécanisme qui est à l’œuvre.

A savoir calmer l’angoisse du vide sur un mode boulimique incontrôlable.

C’est le fait de ne pouvoir s’abstenir d’un comportement qui exprime un lien qui ne peut être rompu au risque de sombrer, qui caractérise la dépendance et donc l’addiction, et non le type de comportement en tant que tel. Ainsi, goûter particulièrement les parties fines en club libertin ne suffit pas à poser le diagnostic d’addiction sexuelle.

Pourquoi l’addiction se traduit-elle plutôt par tel type de comportement que par tel autre, dans tel registre plutôt que tel autre ?

C’est ici l’histoire personnelle de l’individu qui va donner à son addiction une forme ou une autre (plusieurs addictions simultanées étant possibles)…

besoin_d_aide, F.Duval-Levesque, psychotherapie, psychopraticien, hypnotherapeute, EMDR, sophrologie, coach, formateur, addiction, dependances, boulimie, depression

Saviez-vous que la psychothérapie cognitivo-comportementale est aussi très efficace pour les addictions-dépendances (anorexie-boulimie, mais aussi alcool, tabac, sexe, jeux, etc) ?

La dépendance psychologique, que ce soit pour l’alcool, la nourriture, la drogue, le jeu, la dépendance affective, sexuelle… n’est pas un problème de volonté, c’est un déclencheur inconscient.

Il met en œuvre les mêmes mécanismes : l’obsession du produit (ou d’une personne), le conflit intérieur (« bagarre » pour consommer, passer à l’acte ou non, etc.), la dévalorisation de soi-même, souffrance (pour soi et pour l’entourage), la dégradation des conditions de vie et de santé.

Vous avez envie d’en finir avec votre dépendance et de vous sentir libre. Voici le contenu de quelques séances  :

  • Mise en évidence des croyances en rapport avec l’addiction à la nourriture, voire affective
  • Mise en évidence des croyances favorisant la réussite thérapeutique
  • Mise en évidence des stratégies d’anorexie-boulimie
  • Définition d’un objectif : déterminer comment transformer une demande ambivalente en objectif positif selon des critères précis
  • La dissociation séquentielle : prendre en compte la nature très particulière de la personnalité « dissociée » d’une personne dépendante et utiliser les moyens adéquats pour lui permettre de trouver d’autres moyens que la nourriture pour résoudre ses difficultés personnelles
  • Compulsion : résoudre cette fameuse compulsion ou supprimer chez vous le besoin irrésistible de manger
  • Prendre en compte et résoudre la culpabilité et la honte
  • Identifier les émotions que vous ne savez pas gérer
  • Gérer ses besoins : découvrir les besoins réels derrière le besoin de boire, de fumer, de manger ou le refus de s’alimenter
  • Mettre en évidence les problématiques spécifiques, trouver les causes enfouies dans le passé
  • Créer un futur : vous apprendre à vous créer des projets d’avenir et à donner un sens à votre vie
  • Mise en place de repères aidants
  • La codépendance : sortir d’un schéma de codépendance, etc, etc…

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement)

pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Le premier long-métrage de Stuart Blumberg, scénariste de Tout va bien ! The Kids are all right, traite avec humour du problème de la dépendance sexuelle.

L’addiction sexuelle est une pathologie grave, dont Hollywood s’est emparé depuis un moment déjà, mettant en scène Hank Moody, l’écrivain de Californication depuis 2007. Ou encore, sur une tonalité plus grave, le personnage solitaire de Michael Fassbender dans Shame , réalisé par Steve McQueen.

thanks-for-sharing-score1-300x300Dans Happiness Therapy, l’oscarisée Jennifer Lawrence, traumatisée par la mort de son mari, usait du sexe comme défouloir.

DansThanks for Sharing, les trois personnages principaux ont en commun de participer à un groupe de parole, comme on peut également en voir légion dans le cinéma américain, même si c’est le plus souvent autour de l’alcoolisme.

Le titre du film, littéralement «merci d’avoir partagé» est une expression utilisée à la fin de chaque intervention d’un malade durant leur soutien psychologique, quand il a raconté au groupe une expérience personnelle liée à sa maladie.

En France, une partie du film Les Infidèles faisait référence à l’addiction au sexe, avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche et Guillaume Canet mis en scène dans une réunion «d’infidèles anonymes».

Ici, ce sont Mark Ruffalo (The Avengers), Tim Robbins et Josh Gad (sorte de Jonah Hill avant régime), qui sont liés par leur inquiétante obsession pour le sexe: ils incarnent respectivement un addict en rémission depuis 5 ans, son parrain, et un jeune malade, qui vient de prendre conscience de sa maladie après avoir perdu son travail.

On retrouve une seconde star du film The Avengers, puisque Gwyneth Paltrow joue la nouvelle petite amie de Mark Ruffalo, qu’il va devoir lutter pour garder, tant le risque de «replonger» semble fréquent. La chanteuse Pink dans un premier grand rôle au cinéma, prête elle aussi ses traits à une accro au sexe.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement)

pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

dependance-affective, F.Duval-Levesque, psychotherapie, psychopraticien, hypnotherapeute, EMDR, sophrologie, coach, formateur, addiction, dependances, boulimie, depression1C’est un comportement où l’amour et le sexe sont utilisés, non pas pour répondre à des besoins normaux et vitaux, mais surtout pour diminuer une souffrance ressentie.

Il ou elle utilise l’amour et le sexe comme une drogue pour se sentir mieux. C’est un symptôme de difficulté lié à la relation qu’on a avec l’autre mais aussi avec soi.

La véritable dépendance affective, quand elle atteint un stade ultime, s’avère être totalement destructrice. Aussi bien pour la victime que pour le dépendant.

Le dépendant n’a plus d’orgueil ni d’estime de lui-même. L’autre devient indispensable, pour ne plus sentir la douleur, et cela amène à quémander de l’amour à n’importe qui.

La peur d’être seul, la mauvaise estime de soi, les interprétations déformées et un égo surdimensionné sont susceptibles de mener à cette dépendance de l’autre.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement)

pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici