500 salariés de la BPCE ont manifesté, mardi, devant le siège parisien du groupe financier pour dénoncer leur souffrance au travail et demander des augmentations salariales.

Erosion des effectifs, multiplication des tâches, perte du contact humain, objectifs commerciaux toujours plus ambitieux et déconnectés des besoins des clients : les griefs sont nombreux. «On est en surrégime constant», témoigne un salarié. «Désormais nous devons travailler en multicanal, c’est-à-dire gérer l’accueil physique des clients, le téléphone et les services en ligne, mais nous ne sommes pas assez nombreux», poursuit une autre.

En cause: les réductions successives d’effectifs au cours des dernières années. «Rien qu’entre 2013 et aujourd’hui, on est passé de 115 000 à 108 000 salariés», estime un syndicaliste.

Après 35 ans de boîte, un gréviste, gestionnaire clientèle à la Caisse d’épargne et syndiqué à la CFTC, explique comment son métier a changé du tout au tout.

«Aujourd’hui, il faut vendre, vendre, vendre. Le but premier du banquier c’est de réussir à provoquer des besoins», explique ce quinqua qui a parfois «l’impression de faire le tapin». Un sentiment partagé par sa collègue: «ce que l’on aime, c’est le contact avec les clients. Là c’est de l’abattage. On est loin du vrai conseil.»

Mais s’ils ne se retrouvent pas dans leur nouveau rôle, les salariés n’ont guère le choix que de jouer le jeu.

medicament 5«Dans les agences, le personnel a de plus en plus d’objectifs à atteindre», résume Christian Lebon, de la CGT, qui évoque un management «par la peur» et une pression constante. «Il y a en permanence un chantage à la part variable et à l’évolution de carrière», poursuit-il.

Exemple avec les «challenges» régulièrement proposés par la direction aux salariés, explique une chargée de clientèle. «Une semaine, il faut vendre des plans d’épargne logement, la suivante, des participations sociales ou des conventions obsèques. Bientôt il nous faudra proposer des téléphones!», s’agace-t-elle.

«Dans les agences bancaires, on tient aux anxiolytiques», raconte, les larmes aux yeux, une directrice adjointe. «Il faut recevoir les clients, monter les dossiers, répondre au téléphone, il n’y a jamais un moment où l’on peut se poser».

Stress, troubles du sommeil, boule au ventre, les grévistes racontent, à tour de rôle, les mêmes maux. «Le soir, on est lessivés», conclut l’une d’entre eux. Une souffrance que les délégués syndicaux se «bouffent en pleine face», selon une élue CGT. «On nous appelle en pleurs, certains nous disent qu’ils vont se défenestrer», grince-t-elle.

Au total, depuis 2011, les syndicats recensent 29 tentatives de suicides au sein de la seule Caisse d’épargne. «Sans oublier tous les autres qui n’arrivent à travailler qu’en prenant des médicaments», note Bernard Charrier du syndicat unifié-UNSA.

 

Sources : liberation.fr, figaro.fr

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

phase flight

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

 

Les vacances ne sont souvent pas le meilleur temps pour essayer de perdre du poids.

prise de poidsElles peuvent toutefois ne pas être un temps pour en prendre.

Voici quelques moyens efficaces à avoir en tête pour y parvenir sans se priver :

  1. Planifier des activités physiques

    Les vacances peuvent facilement être l’occasion d’être plus actif tout en se détendant : marches pour visiter de nouveaux lieux, randonnées pédestres, vélo, kayak, natation…

  2. Être préparé(e)

    Prévoir des lunchs sains et satisfaisants (sandwichs nutritifs, crudités, fruits de saison, fromage, noix…) permet d’avoir un choix autre que le junk food sur la route. Prendre un bon déjeuner et garder un horaire de repas régulier rendent moins susceptible d’être tenté(e) par les collations hautement caloriques entre les repas.

    Avoir dans ses bagages des aliments non périssables tels que des noix et des céréales peut dépanner en toute occasion.

  3. Éviter les surplus de calories aux restaurants

    Au restaurant, éviter les mets frits et crémeux. Préférer les viandes et les poissons grillés. Prendre de l’eau plutôt que des boissons gazeuses. Les calories ainsi facilement sauvées compensent les gâteries accordées aux autres occasions.

    Limiter le recours aux restaurants en louant une maison ou une chambre équipée d’une cuisine afin de préparer ses propres repas et lunchs pour la journée.

    Ou encore, demander un réfrigérateur pour la chambre d’hôtel afin de garder des yogourts, du fromage, des légumes…

  4. Se permettre des gâteries avec modération

    Ne pas se priver, mais se permettre les gâteries et l’alcool avec modération (ex. choisir un petit format de cornet de crème glacée plutôt qu’une coupe glacée, partager le dessert…)

  5. Surveiller les portions

    La taille des portions est importante pour le contrôle du poids. Profiter de tous les aliments aimés en petite portion. Si une soirée se passe autour de la table, enlever les plats après le repas.

    Source : psychomedia.qc.ca

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

« L’amour immature dit :

je t’aime parce que j’ai besoin de toi

L’amour mature :

j’ai besoin de toi parce que je t’aime »

 

____
Erich Fromm (1900-1980, psychanalyste humaniste )

Lorsque nous aimons, nous prenons toujours un risque, n’est-ce pas ?

Le risque de souffrir, d’être déçu, de nous tromper, de perdre l’autre.

L’amour peut faire mal certes, mais souffrir constamment d’aimer est le symptôme d’une dépendance !

La loi sur le dialogue social a été adoptée le jeudi 23 juillet dernier à l’Assemblée nationale, donnant l’occasion au gouvernement de clore les discussions parlementaires mouvementées autour de la question de la « reconnaissance » du syndrome d’épuisement professionnel (également fréquemment appelé « burn out »).

On le sait de nombreux spécialistes appuyés par plusieurs parlementaires plaidaient pour l’inscription des certaines affections psychiques au tableau des maladies professionnelles.

Cette innovation a cependant été rejetée par le Sénat, dont certains membres ont considéré qu’il paraissait difficile, voire impossible, de déterminer face à une affection psychique ce qui relevait de « l’épuisement professionnel » ou d’autres causes.

Confronté à ce conflit politique, le gouvernement a été sommé de trancher et s’est finalement refusé à accepter l’idée d’une « reconnaissance » effective du « burn out », par la voie de la modification du tableau des maladies professionnelles.

Le ministre du travail, François Rebsamen s’est rangé à l’avis des opposants à une telle mesure en faisant valoir qu’ « On ne peut faire comme si cela était uniquement dû au travail. Des fois c’est dû au travail, des fois il y a des causes personnelles » a-t-il exposé au micro d’Europe 1.

Néanmoins, le texte adopté à l’Assemblée introduit pour la première fois la possibilité d’une reconnaissance. « Des commissions régionales pourront quand il y a des cas très précis » répondre favorablement aux demandes de reconnaissance de l’origine professionnelle de l’épuisement.

Loin de se montrer abattus, les défenseurs d’une plus grande reconnaissance du « burn out », ont salué cette avancée. Cette dernière ne les empêchera cependant pas de poursuivre avec détermination leur combat dont les enjeux sont nombreux et notamment celui d’améliorer la prévention de ces troubles.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

 

 

A l’issue d’une étude consacrée au syndrome d’épuisement professionnel, le cabinet Technologia, avec quelques syndicalistes et des médecins du travail, a lancé en janvier 2014 un appel (www.appel-burnout.fr) à reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle.

Plus précisément, d’ajouter deux nouveaux tableaux de maladies professionnelles liées à l’épuisement à ceux qui existent actuellement : la dépression d’épuisement et l’état de stress répété conduisant à une situation traumatique.

En effet, ces pathologies liées au surengagement, regroupées dans ce qu’on appelle commodément le burn out, sont cliniquement identifiées et concernent des milliers de salariés.

Faire prendre conscience aux entreprises du coût du « mal travail »

L’objectif était double : à la fois redonner une visibilité au travail, mais également poser une question qui taraude les relations sociales : comment passe-t-on d’un modèle social centré sur la réparation à un modèle fondé sur la prévention, notamment des risques psychosociaux ?

C’est l’enjeu de la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle.

La réparation, c’est ce que nous offre la branche maladie de la Sécurité sociale : des cotisations assises sur le travail permettent à tous de faire face à la maladie.

La prévention reposerait, elle, sur une mécanique plus complexe. Pour l’expliquer, il faut prendre la mesure du contexte des risques professionnels dans notre pays. Alors que nous avons su, tout au long du XXe siècle, contenir et faire reculer les accidents et les maladies, nous avons du mal à agir sur les troubles psychosociaux de l’économie tertiaire.

La situation est d’autant plus inquiétante que, depuis dix ans, notre pays a multiplié les rapports sur les risques psychosociaux : on sait tout ou presque sur la prévention, et pourtant rien ne change vraiment… Il faut donc procéder autrement. La solution est de faire apparaître et sentir aux entreprises le coût financier du « mal-travail ».

Il s’agirait ainsi de réintégrer la qualité de vie au travail dans les indicateurs de pilotage des entreprises. C’est la seule manière de peser vraiment sur les entreprises : attribuer au burn-out un coût qui serait alors supporté par les entreprises.

Aujourd’hui, ce coût est quasi nul puisqu’en l’absence d’affections psychiques au tableau des maladies professionnelles, c’est la branche maladie de la Sécurité sociale qui supporte la casse.

Il s’agit donc de reporter ce coût sur la branche AT-MP (accident du travail-maladie professionnelle) dont la cotisation n’est payée que par les entreprises et qui fonctionne comme un bonus-malus : plus il y a d’accidents et de maladies professionnelles, plus l’entreprise paye cher.

Les entreprises sont alors directement et fortement incitées à prendre des dispositions favorisant la prévention. Ainsi, la reconnaissance ne s’oppose pas à la prévention : elle la prépare et la rend inéluctable.

Un premier pas

Aujourd’hui, le gouvernement a choisi de ne pas retenir cette solution.

Il a néanmoins ouvert la porte en acceptant que soient discutés d’autres mécanismes complémentaires de reconnaissance, notamment le seuil d’incapacité permanente à partir duquel les médecins de la Sécurité sociale doivent examiner les cas de burn-out.

Aujourd’hui, ils sont pour la plupart rejetés.

C’est un premier pas qui ne doit pas nous faire oublier l’enjeu de toute cette mobilisation : quelle prévention et quel modèle social souhaitons-nous pour le XXIe siècle ?

 

Sources : http://www.jim.fr, Jean-Claude Delgènes (directeur général du cabinet Technologia)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 261 autres abonnés