(ces vidéos proviennent de vidéo-surveillance d’entreprises)

 

Un jour, on arrive au bout du bout de l’épuisement.

« Soudain, j’ai craqué », « il a pété les plombs », peut-on entendre.

Le propre du burn-out : bien souvent, la personne qui en est atteinte ne s’en rend pas toute de suite compte.

Pas plus que son entourage.

Cette personne va avoir tendance à en faire beaucoup.

Elle va penser sans cesse à son travail, se rendre toujours disponible et prendre un rythme effréné sans forcément le réaliser. Ce faisant, elle va perdre contact avec elle-même, s’oublier, et finir par ne plus tenir compte de ses limites.

Jusqu’à un jour, perdre le contrôle…

Puis Almitra parla, disant :

« Nous voudrions vous interroger au sujet de la Mort. »

Et il répondit :

« Vous voudriez connaitre les secrets de la mort.

Mais comment le trouverez-vous sinon en cherchant au cœur même de la vie ?

Le hibou dont les yeux perçant la nuit sont aveugles le jour, ne peut révéler le mystère de la lumière.

Et si vous voulez vraiment apercevoir l’esprit de la mort, ouvrez grand votre cœur dans le corps de la vie.

Car la vie et la mort sont une, de même que le fleuve et l’océan sont un.

Dans les profondeurs de vos espoirs et de vos désirs, réside votre silencieuse connaissance de l’au-delà ;

Et comme des graines rêvant sous la neige, votre cœur rêve du printemps.

Ayez confiance dans les rêves, car en eux est cachée la porte de l’éternité.

mort passageVotre peur de la mort n’est autre que le frémissement du berger, alors qu’il se tient devant le roi dont la main va se poser sur lui pour l’honorer.

Le berger n’est-il pas enchanté, malgré son tremblement, de porter la marque du roi ?

Pourtant, n’est-il pas plus conscient encore de sa crainte ?

Car qu’est-ce que mourir, si ce n’est être debout, nu, face au vent et fondre dans le soleil ?

Et qu’est-ce que cesser de respirer sinon libérer le souffle de ses marées tempétueuses, afin qu’il s’élève et se dilate et recherche Dieu sans entraves ?

C’est seulement quand vous aurez bu à la rivière du silence que vous chanterez vraiment.

Et quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez votre ascension.

Et quand la terre réclamera vos membres, alors vous danserez vraiment. »

 

Source: « Le Prophète », La Mort écrit par Khalil Gibran

 

 

Ils demandèrent…

…aux volontaires de compter en silence le nombre de passes effectuées par les joueurs vêtus de blanc, et d’ignorer les passes effectuées par les joueurs vêtus de noir…

La vidéo durait moins d’une minute.

Dès que la vidéo était terminée, nos étudiants demandaient aux sujets de dire combien de passes ils avaient comptées.

Dans la version complète, la bonne réponse était trente-quatre – ou peut- être trente-cinq.

Honnêtement, ça n’a aucune importance.

La tâche consistant à compter les passes était destinée à obliger les spectateurs à focaliser leur attention sur quelque chose qui se passait à l’écran.

Mais les chercheurs n’étaient pas vraiment intéressés par leur capacité à compter des passes.

En réalité, ils testaient quelque chose d’autre : à peu près au milieu de la vidéo une étudiante habillée avec un costume de gorille faisait irruption dans la scène, s’arrêtait au milieu des joueurs, se tournait face à la caméra, se frappait la poitrine de ses poings, puis s’en allait (son temps de passage à l’écran était d’environ neuf secondes).

Après avoir demandé aux sujets quel était le nombre de passes, les chercheurs posaient les questions les plus importantes :

Question: Avez-vous remarqué quoi que ce soit d’étrange pendant que vous comptiez les passes ?

Réponse: Non.

Q: Avez-vous remarqué quelque chose d’autre que les joueurs ?

R: Eh bien, il y avait des ascenseurs, et des S peints sur les murs. Je ne sais pas pourquoi il y avait des S.

Q: Avez-vous remarqué quelqu’un d’autre, à part les joueurs ?

R: Non.

Q: Avez-vous remarqué un gorille ?

R: Un quoi ?!

Chose étonnante,

à peu près la moitié des sujets de notre étude

n’avaient pas remarqué le gorille !

Trop occupés par le comptage des passes, la moitié des participants ne l’avaient pas vue !

Le gorille était resté… invisible !

Regarder n’est pas voir, n’est-ce pas ?

Depuis, l’expérience a été répétée de nombreuses fois, dans des conditions différentes, avec des publics différents, et dans plusieurs pays, mais les résultats sont toujours les mêmes : environ la moitié des individus ne voient pas le gorille.

Comment des individus peuvent-ils ne pas voir un gorille marcher pile en face d’eux, se tourner vers eux, se frapper la poitrine et partir ?

Qu’est-ce qui rend le gorille invisible ?

Cette erreur de perception résulte d’un manque d’attention envers un objet inattendu – son nom scientifique est donc « cécité d’inattention ».

Ce nom le distingue de formes de cécité résultant d’un système visuel défectueux ; ici, ce n’est pas parce qu’ils ont un problème aux yeux que les individus ne voient pas le gorille.

Quand les individus focalisent leur attention sur un domaine ou un aspect particulier de leur monde visuel, ils ont tendance à ne pas remarquer des objets inattendus, même lorsque ces objets inattendus sont imposants, potentiellement importants, et apparaissent à l’endroit même qu’ils sont en train de regarder.

En d’autres termes, les sujets étaient tellement concentrés à compter les passes qu’ils étaient « aveugles » au gorille juste devant leurs yeux.

Le gorille invisible (quand nos intuitions nous jouent des tours), psychotherapie, addiction sexuelle, dépendance, boulimie, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeute, TCC.jpgCe qui a poussés Christopher Chabris et Daniel Simmons à écrire ce livre n’est cependant pas la cécité d’inattention en général ou l’étude du gorille en particulier.

Le fait que les gens ratent des choses est important en soi, mais ce qui les a le plus impressionnés c’était la surprise dont faisaient preuve les sujets quand ils réalisaient ce qu’ils avaient raté !

Quand ils regardaient à nouveau la vidéo, cette fois-ci sans compter les passes, tous voyaient le gorille sans aucune difficulté, et en étaient abasourdis.

Certains disaient spontanément : « J’ai raté ça ? ! » ou « Pas possible ! ».

Un homme qui fit le test plus tard avec les producteurs de Dateline NBC pour leur reportage sur ces recherches affirma : « Je sais que ce gorille n’a pas traversé comme ça la première fois. » D’autres sujets nous accusèrent d’avoir changé la cassette à un moment où ils avaient le dos tourné.

L’étude du gorille illustre, de façon peut-être plus spectaculaire qu’aucune autre, l’influence puissante et généralisée de l’illusion de l’attention : nous faisons l’expérience d’une partie beaucoup plus petite de notre monde visuel que nous ne le croyons. Si nous étions parfaitement conscients des limites de notre attention, l’illusion disparaîtrait.

Il est vrai que nous avons des expériences très fortes de certains aspects de notre monde, surtout ceux sur lesquels nous nous concentrons. Mais la richesse de cette expérience mène inévitablement à la conviction erronée que nous traitons toutes les informations détaillées autour de nous.

En bref, nous savons avec quelle intensité nous voyons certains aspects de notre monde, mais nous n’avons absolument aucune conscience des aspects de notre monde situés à l’extérieur de notre centre d’attention du moment.

Notre expérience visuelle intense cache un aveuglement mental frappant – nous supposons que des objets visuellement distinctifs ou inhabituels attireront notre attention, mais en réalité, ils passent souvent complètement inaperçus.

Cette expérience, devenue l’une des expériences de psychologie les plus célèbres au monde, met en évidence à quel point notre esprit est victime d’illusions de toutes sortes :

  • chaque fois que nous téléphonons en conduisant et que nous sommes persuadés que nous faisons toujours attention à la route devant nous
  • chaque fois que nous présumons que quelqu’un qui ne se souvient pas bien de son passé ment
  • chaque fois que nous choisissons un chef d’équipe parce que cette personne semble être plus sûre d’elle que les autres…

Nous avons l’impression de savoir comment notre esprit fonctionne alors qu’en fait nous n’en avons souvent… aucune idée !

Ce livre indispensable, « Le gorille invisible (quand nos intuitions nous jouent des tours) », met l’accent sur l’impact de ces illusions sur notre vie quotidienne – avec des implications pour la société tout entière – et sur la façon d’y remédier par une meilleure compréhension du fonctionnement de notre esprit.

« Nous faisons l’expérience d’une partie beaucoup plus petite de notre monde visuel

que nous ne le croyons.

Si nous étions parfaitement conscients des limites de notre attention,

l’illusion disparaîtrait. »

Les deux auteurs, Christopher Chabris et Daniel Simmons sont tous deux des psychologues spécialisés en sciences cognitives.

 

Source: « Le gorille invisible (quand nos intuitions nous jouent des tours) », de C.Chabris & D.Simons, Editions Essai Le Pommier !

Pour guérir, il faut d’abord le vouloir, accepter de changer.

Pour Jean-François Marmion, rédacteur en chef du Cercle Psy, « l’idée d’un retour à la normale, au bon vieux temps, à un hypothétique vrai « moi », est illusoire.

La maladie nous transforme, de gré ou de force. Elle met en lumière notre vulnérabilité, l’injustice de la vie, puis, avec un peu de chance, nous recentre sur l’essentiel et nous rend plus fort par la guérison. Ou bien nous laisse un goût d’amertume et d’absurdité.

Mille et une façons de guérirGuérir, c’est mourir un peu. Et parfois, renaître beaucoup… »

Heureusement, à ces 1 001 façons d’aller mal répondent 1 001 façons de se sentir mieux.

En un mot, pour le meilleur ou pour le pire, chaque thérapie comporte une part d’imprévu, de surprise, et de paradoxes.

Du divan aux applis, de la stimulation cérébrale à l’art, de la méditation solitaire aux groupes d’entraide, l’arsenal thérapeutique est aujourd’hui impressionnant pour assurer du sur-mesure.

Les psys s’efforcent, à coups de classifications et de diagnostics, de dégager des tendances générales pour faciliter la compréhension et la prise en charge de la souffrance d’autrui, mais dans le détail, on observe autant de troubles, de comorbidités, de variations symptomatiques, que de patients.

Et là encore, au-delà de ses préférences théoriques et pratiques, chaque praticien doit s’adapter à la singularité du patient, tâtonner parfois, faire preuve de créativité, se remettre sans cesse en question.

Et de même que nous avons chacun une empreinte digitale unique, un patrimoine génétique unique, une histoire unique, vous avez une façon unique, bien à vous, de vous sentir mal, par votre personnalité, votre entourage, votre âge…

Qui que vous soyez, personne n’est exactement comme vous, personne ne l’a jamais été, personne ne le sera plus jamais.

Vous êtes unique.

Tout est bon qui fait du bien.

Voici le sommaire de ce hors-série du Cercle Psy:

 

Source: « Le cercle psy – Mille et une façons de guérir« , hors-série n°4, éditions Cercle Psy

« C‘est une grande force, l’espoir,

c’est une source de résilience, de succès et de bonheur. »

Après Happiness, le grand livre du bonheur et Love, le grand livre de l’amour, l’auteur belge Leo Bormans s’intéresse à l’espoir dans son nouvel ouvrage.

L’espoir ne discrimine pas: il touche les hommes et les femmes, les plus vieux comme les plus jeunes, les riches et les moins fortunés…

Hope, Le grand livre de l'espoir, psychotherapie, addiction sexuelle, dépendance, boulimie, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeute, TCCSa portée est universelle: il est à la fois une ressource psychologique indispensable pour traverser les périodes orageuses, un outil précieux quand vient le temps de se fixer des objectifs, et, surtout, un gage inestimable de foi et de confiance en la vie.

Changer de perspective dans de nombreux aspects de la vie.

Voilà ce que vous propose ce beau livre !

Selon sa (bonne) formule, l’auteur belge Leo Bormans a demandé à cent experts d’écrire un texte sur ce thème.

Le résultat est à la hauteur de l’ambition : le thérapeute Guy Corneau – qui a lui-même traversé l’épreuve du cancer –, le professeur d’université portugais Arménio Rego, les Canadiens Maja Djikic et Keith Oatley, spécialistes du développement personnel, le chirurgien australien Miles Little, et tant d’autres, déploient leurs expériences et leurs convictions profondes en matière d’espoir.

Ce sentiment qu’il y a du mieux à venir, disent-ils, est fondamental à notre survie, pour traverser les périodes difficiles.

Une lecture qui donne du punch !

 

Source: « Hope – Le grand livre de l’espoir« , Leo Bormans, Les éditions de L’Homme

Il va parfois jusqu’à mettre sa vie en danger pour tenter d’exister…

Qui cela ? Votre adolescent, peut-être !

Fugue, troubles alimentaires, drogue, comportements violents, mutisme…

Quand l’adolescent va mal, il le dit avec des mots, des silences, des actes qui sont autant d’appels au secours.

Quand l'adolescent va malComment réapprendre à écouter, à comprendre ?

Le Dr Pommereau explore les origines de ces troubles, analyse les réactions des adultes et propose de nouveaux modèles de relation fondés sur la confiance, la communication et la remise en question, pour aider l’adolescent à sortir de l’impasse.

Un excellent livre de poche sur les adolescents.

Bien plus accessible au grand public que Freud !

A recommander à tous les parents qui se sentent paumés.

Qui est le Dr Pommereau ?

Le Docteur Xavier Pommereau est psychiatre, il dirige l’unité médicopsychologique de l’adolescent au CHU de Bordeaux et anime régulièrement des conférences sur l’adolescence en crise

Source: « Quand l’adolescent va mal – L’écouter, le comprendre, l’aimer« , du Dr Pommereau, éditions J’ai Lu Bien-Etre

Ne vous laissez plus faire ! 10 leçons pour s'affirmerVous est-il souvent arrivé de ne pas savoir dire « non » à une demande ?

De ne pas oser dire que quelque chose vous dérange ?

Que vous n’êtes pas d’accord ?…

Ne soyez plus victime des autres ou de vous-même !

On a souvent peur de s’affirmer car on craint la réaction – si ce n’est le jugement – des autres à notre égard. Et puis un jour, on essaie… et ça passe !

En effet, on a trop tendance à se sentir bloqué par une vision déformée de nous-même et de la réalité.

Le Dr Wayne W. Dyer nous donne ici 10 « leçons », assorties de tests révélateurs, pour reprendre confiance en soi et adopter une position de gagnant dans la vie.

Qui est l’auteur ?

Docteur en psychologie et psychopraticien, Wayne W. Dyer est l’auteur de nombreux best-sellers, dont « Le pouvoir de l’intention » et « Les dix secrets du succès et de la paix intérieure ». Ecrivain et conférencier de renommée internationale, il a enseigné des principes psychologiques et spirituels fondamentaux.

 

Source: « Ne vous laissez plus faire ! 10 leçons pour s’affirmer« , du Dr Wayne W.Dyer, éditions J’ai Lu Bien-Etre

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 304 autres abonnés